Acteurs & Feuilles de route

Imagerie médicale : DRIM M et DRIM Box, un projet national de partage inédit

Partager les images pour mieux prendre en charge est l'objectif des projets DRIM M et DRIMbox portés par les radiologues (G4, FNMR, SFR), les médecins nucléaires (CNPMN (conseil national professionnel de médecine nucléaire) en coopération avec les pouvoirs publics. Financé dans le cadre du Ségur numérique, la vague 2 a débuté en 2024 avec une ambition d'aboutir en 2026 à partager 90% des images.

Publié le jeudi 11 avril 2024 à 15h55

Data
Editeurs
radiologie
Imagerie

Cartographie des acteurs clés de l’écosystème finlandais de la santé numérique

Une réforme majeure du système de santé finlandais est entrée en vigueur en 2023. La responsabilité de l'organisation des services de santé et sociaux des municipalités a été transféré vers 21 nouveaux comtés. H&TI détaille ici les principaux projets menés par les CHU du pays, puis un panorama des autres principaux acteurs de la santé numérique.

Publié le mercredi 03 avril 2024 à 12h23

Europe
International
Finlande

Quelle stratégie en santé numérique et data la Finlande déploie-t-elle ?

La première stratégie en santé numérique a été introduite en 1995 par le ministère de la santé et des affaires sociales (STM). Son objectif était de placer dès lors le citoyen au centre du système santé, en le tenant informé et le rendant acteur de son processus de soin.

Publié le mercredi 03 avril 2024 à 12h22

Europe
International
Finlande

[DATA] Australie : quelle stratégie en santé numérique & data ?

Le plan d'action « Digital Health Blueprint 2023-2033 » publié en décembre 2023, présente les lignes directrices de la réforme en santé numérique de l’Australie, initiée en 2016. En février 2024, le gouvernement annonce le lancement de la stratégie : The National Digital Health Strategy 2023–2028.

Publié le mercredi 14 février 2024 à 10h17

International

Ministère de la Santé : Georges-François Leclerc nommé directeur de cabinet (présentation du cabinet)

L'ensemble des membres du cabinet de la nouvelle ministre de la Travail, de la Santé et des Solidarités, Catherine Vautrin, ont été annoncés le 24 janvier. Par le biais de plusieurs décrets, notamment ceux en date du 17 et du 23 janvier 2024, la ministre a dévoilé la composition de cette équipe : au total, 13 membres ont été nommés, dont 9 conseillers (certains sont rattachés à des tâches précises comme l'offre de soin et la santé au travail), une cheffe de cabinet, un directeur de cabinet et 2 directeurs adjoints.

Cette nouvelle organisation ne reprend qu'un seul des membres de l'ancien cabinet de la précédente ministre de la Santé et de la Prévention : il s'agit de Lucie Ligier qui occupait le poste de conseillère établissements de santé au cabinet d'Agnès Firmin le Bodo. Elle vient ainsi d'être nommée conseillère technique chargée de l'offre de soins et du Covid-19 par la nouvelle ministre de la Santé.

Yann Bubien de retour au poste de directeur adjoint

La direction de ce nouveau cabinet de la ministre est totalement différente de celle de sa prédécesseure. Les 4 nouveaux directeurs sont :
Georges-François Leclerc, ancien préfet de la région Hauts-de-France, nommé directeur du cabinet (JO du 23/01/2024) ;
Sophie Baron, sous-directrice des politiques sociales de la direction générale de l'administration et de la fonction publique (DGAFP) depuis 2021, nommée directrice adjointe de cabinet (20/01/2024) ; 
Yann Bubien, directeur général du CHU de Bordeaux depuis 2019, nommé directeur adjoint de cabinet - un poste qu'il a déjà occupé au sein des ministères de Roselyne Bachelot entre 2009 et 2010 et d'Agnès Buzyn de 2017 à 2019 (20/01/2024) ;
Charlotte Catel, chargée de mission développement durable au sein de la préfecture de la région Hauts-de-France depuis octobre 2022, nommée cheffe de cabinet (20/01/2024).


📌 Ci-dessous, Health & Tech Intelligence présente la liste complète des membres du cabinet à date.

Ministère Travail, de la Santé et des Solidarités :

Cabinet de la ministre Catherine Vautrin :

[vue=197798]

Publié le mardi 30 janvier 2024 à 08h00

Cyber
Etablissements
Femtech
International
IOT
Universite

Congrès City Healthcare 2024 : « le numérique pour mieux soigner » (03/10/24, Nantes)

Ethique dans l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA), gain de temps pour les professionnels de santé, interrogations sur la feuille de route du numérique en santé 2023-2027, cyberattaques et solutions innovantes pour améliorer le parcours de soin... autant de sujets qui seront évoqués lors de la 9e édition du congrès City Healthcare, qui se tiendra le 3 octobre 2024 à la Cité des Congrès de Nantes, sous le haut patronage du ministère de la Santé.

Après une édition 2023 qui a réuni plus de 2500 visiteurs et 170 experts français et internationaux du secteur de la santé numérique, l'événement, conçu en lien avec un comité d’experts issus du monde de la santé, a pour objectif de « promouvoir l’innovation santé et le numérique en santé au travers de ses usages au service des patients dans les territoires ».

La journée sera rythmée par :
• des conférences ;
• des retours d’expériences ;
• des workshops ;
• un colloque médical ;
• une soirée dédiée aux CPTS ;
• ainsi que des « battles » paroles de soignants.

Ouvert à toutes les parties prenantes du numérique en santé, City Healthcare rassemble chaque année des acteurs de l’écosystème avec l'ambition de les mobiliser et de les fédérer autour d'une vision commune.

Le salon rassemble des exposants et des intervenants au congrès venant de toute la France et de l'étranger, avec une ouverture particulière des 3 pays voisins : Luxembourg, Belgique, et Allemagne.

⚠️ Les inscriptions et le programme complet du congrès seront disponibles prochainement.
👉 Les inscriptions pour exposant sont d’ores et déjà ouvertes et sont à réaliser en ligne via ce lien.

[agenda=197621]

[annuaireOrga=197622]

Publié le vendredi 26 janvier 2024 à 08h00

Cancero
Cyber
Efficience
Etablissements
Europe
Femtech
Financeurs
International
IOT
Mutuelles
Pilotage
PSY
Syndicats
Universite

Téléassistance : un levier majeur de la lutte contre les chutes des personnes âgées (étude DITP)

Afin de gagner en efficacité, la téléassistance doit être connectée au réseau local et à Mon Espace Santé, selon une étude-action de la DITP.


Le Plan national antichute lancé en février 2022 préconise un ensemble de mesures pour prévenir les chutes des personnes âgées à domicile, dont la téléalarme. C’est dans ce cadre que la Direction interministérielle de la transformation publique (DITP) a piloté, avec la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), une étude action sur la prévention des chutes des personnes âgées, publiée en avril 2023 et mise à jour en décembre.

La téléassistance, complémentaire des dispositifs existants

Le constat est qu’il n’existe pas de parcours de prévention mais « une cohabitation de dispositifs préventifs » proposés par divers acteurs (le médecin, le CCAS, les associations, les proches) :
📌 l’aménagement du logement ;
📌 la stimulation du lien social ;
📌 l’alimentation ;
📌 l’activité physique, etc.

La téléassistance (TLA), dispositif d’alerte d’urgence en cas de chute, est un levier complémentaire majeur.

L’étude de la DITP insiste sur un usage plus efficace de la téléassistance. Une enquête de terrain a montré que même si la TLA est installée, elle n’est pas nécessairement bien utilisée par l’abonné. D’autre part l’usage de ce dispositif pourrait être optimisé, dans une logique territorialisée avec les professionnels de santé.

Dans cet article, Health & Tech Intelligence revient sur les actions proposées par la DITP après son examen de l’utilisation de la TLA dans les pays européens et une analyse des freins à son développement .

Homogénéiser les services grâce à un cahier des charges unifié

C’est « un prérequis à l’évolution des services de TLA » car actuellement «  les services proposés par les opérateurs n’ont à ce jour pas le même niveau d’intégration dans le circuit de prévention territoriale selon les départements 

Instaurer un binôme TLA/professionnels de santé

L’objectif est que les aides à domicile, les médecins et les équipes hospitalières puissent utiliser la ligne de téléassistance comme interface pour partager des informations sur la santé de l’abonné. Cela suppose de s’entendre sur le partage d’informations et de sécuriser le partage des données patients. Un tel service d’accompagnement serait à expérimenter, en s’appuyant sur l’expérience de certains sites (Val-de-Marne, Marseille).

Créer un numéro vert départemental

« Autonomie info service », grâce aux plateaux téléphoniques de TLA

Le standard téléphonique du numéro vert serait hébergé par les opérateurs de TLA, sous réserve que les "téléassisteurs" bénéficient d’une formation pour rediriger les appels des personnes âgées ou des aidants vers les professionnels compétents. Les informations dont ils disposent seraient partagées avec les CCAS et les départements, « afin de faciliter la détection des habitants les plus fragiles et de mieux les accompagner par la suite, notamment en déclenchant d’éventuelles prises en charge en fonction du risque perçu ».

Faire contribuer les téléassisteurs à Mon Espace Santé

À ce jour, les téléassisteurs ne sont pas inclus dans le déploiement de Mon espace santé, alors qu’ils disposent de données déterminantes dans la détection et l’évolution des fragilités des personnes âgées à leur domicile.

La téléalarme d’un abonné pourrait être reliée à son espace santé en ligne, avec son autorisation. Chaque déclenchement d’alarme sera enregistré dans le profil de l’abonné et accessible aux professionnels de santé qui, lors de leurs interventions au domicile ou de leurs consultations, auraient accès à cet historique. Cette traçabilité serait également utile à l’usager et aux aidants.

L’expérimentation en cours pour permettre aux intervenants à domicile d’entrer leurs données sur Mon Espace Santé pourrait servir d’exemple à une expérimentation avec les téléassisteurs, après leur homologation.

[annuaireOrga=197507]

Publié le mercredi 24 janvier 2024 à 08h00

Cyber
Etablissements
Europe
Femtech
International
IOT
PSY
Universite

[DATA] Health Data Hub : état d’avancement et premières réalisations prometteuses des projets (bilan)

Un indicateur en 4 parties À l’occasion de la parution de ce rapport, H&TI présente dans cet indicateur en 4 parties, un bilan des projets déposés au HDH : 1️⃣ état d’avancement et premières réalisations prometteuses de 17 projets du HDH ; 2️⃣ focus sur 2 exemples de projets ; 3️⃣ projets déposés pour une demande d’autorisation Cnil de 2017 à 2022 ; 4️⃣ pour aller plus loin : ressources utiles +

Publié le mercredi 24 janvier 2024 à 08h00

DM
Incubateurs

Belgique : les chercheurs peuvent désormais demander en ligne l’accès aux données de santé à la HDA

L’Agence belge des Données de santé (HDA) vient de lancer sa plateforme en ligne qui va permettre aux « chercheurs, professionnels de la santé et décideurs politiques d’obtenir les données nécessaires pour la recherche, l’amélioration des soins et la formulation de politiques liées à la santé et aux soins ». Créée par la loi du 14 mars 2023, elle est opérationnelle depuis janvier 2024.

Publié le lundi 22 janvier 2024 à 08h00

Data
Lire la suite
membres-icon

Derniers membres

mayssa.mehri... inscrit il y a 2 semaines et 4 jours
pierre.chapo... inscrit il y a 2 semaines et 4 jours
fjb@troover.com inscrit il y a 3 semaines et 2 jours
amin.ben.has... inscrit il y a 3 semaines et 3 jours
Qiaoli Vrinat inscrit il y a 1 mois
aminebenhassena inscrit il y a 1 mois et 1 semaine
mrabet sirine inscrit il y a 1 mois et 1 semaine
wissem hamza inscrit il y a 1 mois et 4 semaines
confiance-icon

Ils nous font confiance

Jean François Pomerol
CEO

« Tribun Health est l’un des leaders en matière de solutions de pathologie numérique pour les établissements de santé publics et privés et l’environnement / organisations pharmaceutiques. Le décryptage de l’actualité numérique santé au sein de l’écosystème est un relais majeur pour comprendre, accompagner et développer nos activités tant au niveau institutionnel qu’au niveau des établissements (réseau des DG / DSI / CME

Dr Charlotte Garret
Directrice Médicale

« L'hebdo Health&Tech est un excellent support d'informations en termes d'actualités dans le domaine de la santé numérique, de l'IA, de la veille réglementaire... L'hebdo s'intéresse aux actualités françaises mais aussi internationales, ce qui permet d'avoir une vision globale des innovations en santé dans les domaines du digital et du numérique. Cela nous permet, au sein du LAB innovation chez Santéclair, d'être toujours informés des nouveaux acteurs du marché et des actualités dans ce domaine en perpétuel évolution ».

Aurélien Pécoul
Acting Director & open innovation manager

« En tant qu'acteur clé de l'industrie pharmaceutique, nous avons eu le privilège de collaborer avec Care Insight pour nos besoins en veille stratégique et en conseil dans le domaine de la santé numérique. Leur expertise, leur engagement et leur intégration au sein de l'écosystème de la santé numérique sont des atouts essentiels pour nous permettre d'accéder à une information de qualité. Leur capacité à fournir des panoramas détaillés, des benchmarks précis des solutions numériques et à définir des axes d'opportunités nous permet de mieux comprendre le paysage numérique de la santé en constante évolution et de formuler des stratégies de développement pertinentes. »

Arnaud Houette
CEO

« Extens est en France l’un des fonds majeurs d'investissement dédié aux éditeurs de logiciels de santé. A ce titre, Care Insight nous permet, par le service de veille HealthTech Intelligence, de comprendre les segments en évolution et accompagner nos stratégies d’investissement ciblées. Une très bonne source d’information fiable et pertinente ».

Pascal Dussert
Directeur Europe sale

“Care Insight est fédérateur d’innovations permettant d’accélérer l’émergence de projets d’envergure en s’appuyant sur son vaste réseau d’experts cliniques, institutionnels et industriels »

events-icon

Événements

Revivez les meilleurs moments !

Retrouver en image le Health&Tech Summit 2023 consacré aux cas d’usages concrets de l’IA et de la Data en Santé.