Achats

Resah : un groupe d’étude pour optimiser les achats de médicaments et de DM

Optimiser les stratégies d'achats, harmoniser les pratiques, développer l'éco-conception des soins... Parmi les missions du groupe d’étude et de benchmarking « achats de médicaments et de dispositifs médicaux » du Resah, dont le début des travaux est prévu pour avril 2024.

Publié le jeudi 21 mars 2024 à 15h53

DM
Medicament
Acteur public

Préparation et exploitation des données du SNDS : Iqvia et Heva parmi les titulaires du marché HDH

Les sociétés Adera, Horiana et Median Conseil ont également été retenues pour ce marché d'une valeur totale de 976 520 euros, articulé en 2 lots. Iqvia et Heva sont respectivement titulaires du lot 1 et du lot 2.


Iqvia et Heva (filiale de Docaposte), deux sociétés françaises expertes en analyse des données de santé, ont remporté le marché ouvert par le Health Data Hub pour l'appuyer dans "la préparation et l'exploitation des données du SNDS pour les acteurs de l'écosystème des données de santé", articulé en 2 lots : elles sont respectivement titulaires du lot 1 et du lot 2.

Les sociétés Adera (lot 1 et lot 2), Horiana (lot 1) et Median Conseil (lot 2) ont également été retenues pour ce marché d'une valeur totale de 976 520 euros.

L'avis d'attribution de marché a été publié le 29 octobre 2023 au BOAMP.

➡️ Lot n°1 - "appui auprès du HDH et de la Cnam dans la réalisation des travaux permettant la mise à disposition des données SNDS aux acteurs de l'écosystème des données de santé" ;
• contexte : "dans un souci d'améliorer les délais de mise à disposition des extractions SNDS aux porteurs de projet disposant des autorisations requises, le HDH appuie l'équipe Demex de la Cnam" ;
• nombre d'offres reçues : 9 ;
• titulaires :
- Iqvia ;
- Adera (partenaire des acteurs de la recherche et de l'innovation en Nouvelle-Aquitaine) ;
- Horiana (société de conseil dédiée à l'épidémiologie et à la biostatistique qui réalise des études de santé en vie réelle ("real-world studies")).

➡️ Lot n°2 - "appui auprès des porteurs de projets dans les analyses et traitements sur les données SNDS mis en œuvre pour leur étude sur la plateforme technologique du HDH" :
• contexte : "dans le cadre de ses missions, le HDH accompagne également les porteurs de projets dans la réalisation de leurs études. Les porteurs de projet novices sur le SNDS peuvent rencontrer des difficultés dans l'exploitation de ces données du fait de leur complexité. Le HDH accompagne ces porteurs de projets, notamment en leur mettant à disposition - pour une durée limitée - des collaborateurs du HDH experts du SNDS qui vont l'aider dans la réalisation de son étude" ;
• nombre d'offres reçues : 7 ;
• titulaires :
- Heva ;
- Adera ;
- Median Conseil (société d'études statistiques spécialisée dans la santé).

Publié le mardi 31 octobre 2023 à 08h00

Le Resah collabore avec France Biotech pour inciter l’innovation en santé dans les processus d’achat

Améliorer l'identification, l'évaluation et la diffusion de solutions innovantes matures répondant aux besoins identifiés par les établissements fait partie des objectifs de ce partenariat.

L’association France Biotech et la centrale d’achat Resah annoncent dans un communiqué daté du 23 octobre 2023 la signature d’un partenariat stratégique pour "stimuler l'innovation en santé dans les processus d’achat". Un comité de pilotage représentatif des deux organisations sera désigné afin de mettre en œuvre ce partenariat.

La convention signée traduit la volonté commune des deux organisations d’identifier et de mieux connaître les solutions innovantes existantes sur le marché afin d'accélérer leur adoption par les établissements sanitaires, médico-sociaux et sociaux. 

Le Resah souligne qu’il a déjà créé il y a 5 ans un centre d’innovation par les achats pour contribuer à diffuser des solutions innovantes. Cette collaboration avec France Biotech va lui permettre de renforcer les liens « avec les acteurs majeurs de l’écosystème afin de promouvoir l’achat public d’innovation auprès des acheteurs comme des industriels afin d’améliorer la performance du système de santé ».

Renforcer les liens entre les acteurs de l'écosystème

Le partenariat entre le Resah et France Biotech vise ainsi à renforcer les liens entre les acteurs de l'écosystème de l'innovation en santé, les fonctions achats et logistique et l’industrie.

Ses objectifs sont :
• d'améliorer l'identification, l'évaluation et la diffusion de solutions innovantes matures qui répondent aux besoins identifiés par les établissements ;
• d'assurer une meilleure connaissance en matière d'achat public d'innovation et de commande publique à travers des ateliers de sensibilisation à la commande publique ou la participation aux groupes de travail de France Biotech ;
• d'organiser et promouvoir des actions communes en faveur de l'innovation par les achats.

Pour mettre en œuvre ce partenariat, un comité de pilotage représentatif des deux organisations sera désigné.

L’une des premières concrétisations de ce partenariat se traduira par l’implication forte du Resah, en tant que partenaire, à la deuxième édition du « CHU HealthTech Connexion Day », organisée par France Biotech et la Conférence des directeurs généraux de CHU le 20 novembre 2023 à Marseille.

Publié le mardi 24 octobre 2023 à 08h00

SI-Samu : l’ANS lance un marché public sur le déploiement technique, les données des sites… (80M€)

"Des prestations de construction, d'hébergement, d'exploitation des infrastructures téléphoniques et réseau, de déploiement technique de la solution SI-Samu et de services téléphoniques et données des sites SI-Samu" : tel est l'objet du marché public (appel à la concurrence) lancé par l'Agence du numérique en santé (ANS) sur le dispositif SI-Samu, le système d'information du Samu. L'avis de marché, d'une valeur totale de 80 millions d'euros hors TVA, a été publié le 23 septembre 2023 au Bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP).

La "durée du marché, de l'accord-cadre ou du système d'acquisition dynamique" est fixée à 48 mois (4 ans) à partir de sa date de notification au titulaire. Le marché peut être reconduit "2 fois pour un an, par reconduction tacite". Sa durée maximum est donc de 6 ans. "Si l'ANS décide de ne pas reconduire le marché, elle informe le titulaire 3 mois au plus tard avant la période en cours par tout moyen permettant d'attester de la date de réception de la décision", est-il précisé.

Le marché ne comporte qu'un seul lot.

👉 Les offres peuvent être envoyées jusqu'au 23 octobre 2023 à midi (délai minimum de validité des offres : 6 mois) via la plateforme de l'ANS, accessible via ce lien.

La date d'envoi estimée des "invitations à soumissionner ou à participer aux candidats sélectionnés" est le 22 novembre 2023.

Un projet réorienté : l'interop' des logiciels visée d'ici fin 2024

Pour rappel, le projet SI-Samu a été réorienté en 2022 : l’abandon du projet en tant que « logiciel de régulation médicale (LRM) national » au profit d'« un interfaçage avec les logiciels des éditeurs des Samu » avait été annoncé en mai 2022 par l'ANS (voir article H&TI ici).

Dans une instruction publiée en octobre 2022, la DGOS avait présenté les prochaines étapes de cette nouvelle orientation du programme, qui consiste en l’« arrêt » de la construction du LRM national prévue initialement afin d'être conforme à la logique dite « d’État-plateforme » de la feuille de route du numérique en santé, et « la conservation des actifs déjà développés » (voir article H&TI ici).

La Direction interministérielle au numérique (Dinum) a estimé le coût du programme à 216 M€ en 2022.

Parmi les objectifs clés du nouveau projet :
• mettre en place d'ici la fin 2024 l'interopérabilité des LRM entre Samu et Samu-pompiers « pour pallier, en partie, l’abandon du LRM national » ;
• déployer dans 75 % des Samu avant la fin 2027 le bandeau de communication national (outil de visualisation et de priorisation des appels).

Modalités de candidatures (marché public) :

  • Les modalités de candidature à l'appel lancé par l'ANS sont précisé dans l'avis de marché.

Situation propre :

  • "une lettre de candidature (imprimé DC 1 ou équivalent) dans laquelle le candidat précise s'il se présente seul ou en groupement.
    • En cas de groupement momentané d'entreprises, une seule lettre de candidature est à remettre, laquelle doit clairement faire apparaître la forme du groupement, les membres du groupement, le mandataire du groupement, mais chaque membre du groupement doit remettre l'ensemble des autres pièces et renseignements demandés" ;
  • "une déclaration sur l'honneur que le candidat ne fait pas l'objet d'une interdiction de soumissionner (article R. 2143-3 1° du Code de la commande publique)".

Capacité économique et financière - références requises :

  • "une déclaration concernant le chiffre d'affaires global du candidat et le chiffre d'affaires concernant les services objet de l'accord-cadre, réalisés au cours des trois derniers exercices disponibles en fonction de la date de création de l'entreprise ou du début d'activité de l'opérateur économique, dans la mesure où les informations sur ces chiffres d'affaires sont disponibles";
  • "une police d'assurance en responsabilité civile, d'exploitation ou professionnelle, conformément aux dispositions de l'article "Assurances" du CCAP du marché".

Référence professionnelle et/ou capacité technique - références requises :

  • "une présentation des principales prestations réalisées au cours des trois dernières années auprès d'acteurs des domaines d'activité public et privé.
    • Pour chaque prestation présentée seront indiqués : le destinataire (public ou privé), le montant du contrat, sa date de début et sa date de fin, les principales tâches réalisées.
    • Les prestations de services sont prouvées par des attestations du destinataire ou, à défaut, par une déclaration de l'opérateur économique" ;
  • "une déclaration indiquant les effectifs moyens annuels du candidat et l'importance du personnel d'encadrement pour chacune des trois (3) dernières années" ;
  • "une déclaration indiquant l'outillage, le matériel et l'équipement technique dont le candidat dispose pour la réalisation de prestations de même nature".

Publié le mardi 26 septembre 2023 à 08h00

PwC, Magellan et Wavestone parmi les titulaires d’un nouveau marché pour le compte de l’ANS (37,5M€)

Prestations d'accompagnement à la mise en œuvre de services de e-santé et expertise fonctionnelle (1) ; prestations d'expertise métier (2) ; prestations d'expertise technique (3) : il s'agit des 3 lots de l'appel d'offres (AO) ouvert via un accord-cadre ayant pour objet "des prestations d'accompagnement à la mise en œuvre de services de e-santé et des prestations d'expertises pour les besoins de l'Agence du numérique en santé (ANS)". La valeur totale du marché hors TVA est de 37,5 M€.

L'avis de marché est paru fin août 2022. La date de conclusion du marché pour chacun des lots était le 31 juillet 2023. La liste des titulaires du marché (avis) a été publiée le 13 août 2023 au Bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP).

📌 Les résultats de l'appel :

➡️ Lot 1 :
• "prestations d'accompagnement à la mise en œuvre de services de e-santé et expertise fonctionnelle" ;
• montant maximum : 30 M€ hors taxe (HT), soit 36 M€ TTC sur la durée maximale de l'accord-cadre ;
• 12 offres reçues ;
3 titulaires :
- rang 1 : groupement PwC Advisory / Mazars ;
- rang 2 : groupement Sopra Steria Group / Mc2i ;
- rang 3 : Magellan Consulting.

➡️ Lot 2 :
• "prestations d'expertise métier" : prestations d'expertise des métiers, processus, problématiques et organisations dans les domaines de la médecine de ville (générale ou spécialité), de la radiologie, de la biologie, de l'hôpital, de la pharmacie, des professions paramédicales, du médico-social et "autres métiers du domaine de la santé" ;
• montant maximum : 1 666 667 € HT, soit 2 M€ TTC sur la durée maximale de l'accord-cadre ;
• 3 offres reçues ;
2 titulaires :
- rang 1 : Magellan Consulting ;
- rang 2 : Niji.

➡️ Lot 3 :
• "prestations d'expertise technique" : intelligence de la donnée, applications/logiciels et infrastructure ;
• montant maximum : 5 833 333 M€ HT, soit 7 M€ TTC sur la durée maximale de l'accord-cadre ;
• 7 offres reçues ;
2 titulaires :
- rang 1 : groupement Wavestone / Inop's / Sia Partners ;
- rang 2 : Magellan Consulting.

Publié le lundi 28 août 2023 à 08h00

La Cnam lance un AO de 467 M€ pour la maintenance et l’évolution de Mon espace santé et du DMP

Le champ de cet appel à la concurrence couvre un large spectre, dont la prestation d'hébergement du SI, la mise en œuvre, l'administration et le maintien en condition opérationnelle de l'infrastructure des services numériques ciblés.


Dans un avis de marché publié le 2 juillet 2023 au Bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP), la Cnam lance un appel à la concurrence d’un montant estimé de 467 millions d’euros hors taxes (560 M€ TTC) pour la maintenance et l'évolution de Mon espace santé et du dossier médical partagé (MES-DMP).

Les candidats ont jusqu’au 16 août 2023 à 16 heures pour répondre à cet appel d’offres (AO). L'Assurance maladie prévoit de négocier cet appel à la concurrence avec 3 à 5 candidats.

Les conditions requises pour candidater sont les suivantes :
• être certifié hébergeur de données de santé (HDS) sur l’ensemble des 6 thèmes couvrant la certification d’hébergeur infogéreur et hébergeur d’infrastructure physique ;
• disposer d’un chiffre d’affaires annuel moyen sur les 3 dernières années de 83 M€ HT au minimum.

Une prestation de 3 ans reconductible

L'accord-cadre sera conclu pour une durée d'exécution de 3 ans, reconductible une fois pour une période d'un an.

Le champ de cet appel à la concurrence couvre un large spectre, dont la prestation d'hébergement du SI, la mise en œuvre, l'administration et le maintien en condition opérationnelle de l'infrastructure destinée à l'exploitation, au développement et à la maintenance des services MES-DMP, des matériels et logiciels pour le réseau, les serveurs, les sauvegardes/restauration et la sécurité.

Publié le jeudi 20 juillet 2023 à 08h00

Post-hospitalisation : Medicalib décroche le marché de l’AP-HP avec Libheros, Patientys et Noé Santé

L’appel d’offres était composé de 2 lots multi-attributaires, avec 2 rangs d’attribution. Le lot 1 a été attribué à Medicalib (rang 1) et à Libheros (rang 2) ; le lot 2 à Patientys (rang 1) et à Noé Santé (rang 2).

Initialement, la plateforme Medicalib, basée sur la géolocalisation et la disponibilité en temps réel, permet de trouver « en moins d’une heure » un professionnel de santé disponible et proche du domicile du patient pour le grand public. Après avoir accompagné plus d’un million de patients, elle a développé son service pour les établissements de santé afin de simplifier le retour à domicile des patients : elle travaille à date avec plus de 250 établissements de santé en France, dont ceux du groupe Ramsay ou encore Korian. Utilisée par l'AP-HP depuis la pandémie de Covid-19 (2020), la solution a remporté il y a quelques semaines l'appel d’offres (AO) ouvert par l'établissement francilien pour sélectionner des prestations d’aide à l’organisation de la sortie des patients d’hospitalisation conventionnelle (lot 1).

Le recours à l’outil sera ainsi la première option (rang 1) de l’AP-HP dans la coordination du retour à domicile : la solution de rang 2 retenue dans le cadre de cet AO est celle de Libheros.

Cette décision de l’AP-HP s’inscrit dans la continuité du partenariat lancé en mai 2020 avec l'établissement, souligne le CEO & co-fondateur de Medicalib Nicolas Baudelot dans un entretien accordé à Health & Tech Intelligence. Avec l’obtention de ce marché (« une grande fierté »), il espère que la société pourra ainsi accompagner de plus en plus de patients (environ 200 par mois actuellement) et renforcer ses liens avec l’AP-HP.

2 lots multi-attributaires, avec 2 rangs d'attribution

Contactée par H&TI, la délégation du pilotage de la dépense et des achats (DPDA) de l’AP-HP (rattachée à la direction économique, financière, de l’investissement et du patrimoine), précise que l’appel d’offres était composé de 2 lots (multi-attributaires, avec 2 rangs d’attribution) :
lot 1 : « prestations d’aide à l’organisation de la sortie des patients d’hospitalisation conventionnelle, afin d’organiser leur retour à domicile dans des conditions de qualité et de sécurité des soins, pour les hôpitaux de l’AP-HP, pour une volumétrie estimée à 1 000 demandes par trimestre » :
-> lot attribué à Medicalib (rang 1) et à Libheros (rang 2) ;
lot 2 : « prestations de mise à disposition d'IDE dans les sites hospitaliers, pour coordonner la sortie des patients et la mise en place d’un suivi post-hospitalisation autour du patient pour une volumétrie estimée entre  40 à 80 sorties par mois et pour 7 sites » :
-> lot attribué à Patientys (rang 1) et à Noé Santé (rang 2).

Des solutions "en complément" des dispositifs existants

La DPDA explique que depuis 2020, l’AP-HP a souhaité mettre à disposition de ses différents sites hospitaliers des solutions pour « aider à la sortie des patients, à la coordination et à la continuité de leur prise en charge après hospitalisation ». Ces solutions, comme celle proposée par Medicalib, viennent « en complément » des dispositifs déjà existants et peuvent être « intéressantes par leur approche innovante de mise en relation des divers professionnels ville/hôpital, centrée autour de la prise en charge de nos patients », complète la direction. Ajoutant que le possible recours à ces prestations « est laissé au libre choix du site hospitalier ». Et que ces solutions interviennent « dans un contexte particulier de tension des emplois hospitaliers et du besoin de répondre aux missions que l’hôpital public doit assumer ».

Après une phase d’expérimentation qui s’est avérée « concluante », l’AP-HP a ainsi décidé de lancer un AO pour ce type de prestations pour une durée limitée de 12 mois renouvelables 2 fois.

Medicalib : une solution pour les patients non traités dans le cadre de Prado

Nicolas Baudelot explique que l’objectif de la plateforme Medicalib est d’apporter une solution aux établissements de santé (public et privé) pour les patients non traités dans le cadre de « Prado » (programme de retour à domicile), un service de retour à domicile des patients hospitalisés initié par l’Assurance maladie en 2010.

Activation de la solution de rang 2 en cas de non-succès

Medicalib permet aux hôpitaux de trouver « en moins d’une heure » un professionnel de santé (infirmiers, kinésithérapeutes…) - « et bientôt du matériel médical » - pour assurer les soins à domicile des patients en sortie d’hospitalisation, précise Nicolas Baudelot.

Si le résultat n’a pas été concluant (aucun professionnel trouvé), alors l'établissement peut décider d’utiliser la solution de rang 2 : Libheros.

La confirmation d'un partenariat noué en mai 2020

La plateforme de la Medicalib a été mise gratuitement à la disposition des 39 établissements de l’AP-HP dès le mois de mai 2020, afin de faciliter le retour à domicile des patients Covid-19 et de libérer des lits en période de crise sanitaire en favorisant la coordination ville-hôpital.

Pendant la pandémie, la société avait également déployé au sein de l’AP-HP un logiciel dédié pour suivre l’ensemble des demandes en temps réel, et ainsi permettre un meilleur suivi des patients et un gain de temps pour le personnel médical.

Nicolas Baudelot signale que Medicalib avait décroché un premier appel d’offres ouvert par l’AP-HP en octobre 2020. Un marché qui couvrait 2 zones distinctes : l’AP-HP Nord et l’AP-HP Sud.

En remportant ce nouvel AO, qui couvre l’ensemble de l’AP-HP, l’entreprise confirme l’intérêt de sa solution, qui représente « un vrai grain de temps, environ une heure par jour, pour tous les acteurs hospitaliers mais aussi pour les professionnels du domicile, » et qui permet de réellement améliorer la gestion des lits, dans un contexte de forte tension hospitalière, relève Nicolas Baudelot.

Publié le mardi 30 mai 2023 à 08h00

USA : ShiftMed lève 200M$ pour pallier la pénurie d’infirmiers via son outil de gestion du personnel

Avec la somme recueillie, la société américaine souhaite étendre sa plateforme de gestion de la main d’œuvre hospitalière à tous les segments du marché de la santé.

Répondre à la pénurie d'infirmiers
et réduire la dépendance des hôpitaux aux infirmiers en intérim, dont les coûts n'ont cesser d'augmenter ces dernières années aux États-Unis : c'est l'objectif de l'entreprise américaine ShiftMed, spécialisée dans le recrutement de professionnels de santé, qui annonce dans un communiqué daté du 6 février 2023 avoir levé 200 millions de dollars (environ 187 M€) pour diffuser sa plateforme de gestion de la main d’œuvre hospitalière dans tout le pays.

Avec la création de sa plateforme, ShiftMed a connu une multiplication par 8 de son chiffre d'affaires en 2 ans. Avec la somme recueillie, la société souhaite étendre sa plateforme à tous les segments du marché de la santé.

Cette expansion a pour objectif de soulager les établissements de santé, qui ont vu leurs dépenses en matière de personnel de santé augmenter de plus de 50 % depuis la crise Covid-19 : passées d'environ 8 Mds $ par an en 2020, à environ 13 Mds $ en 2022.
Cette hausse est due :
• à l'augmentation du nombre d'abandons de poste de la part des infirmiers ;
au recrutement en masse d'infirmiers en intérim, qui coûtent plus cher, pour combler les postes d'infirmiers vacants.

Une solution qui permet de réduire les coûts de 30 à 40 %

L'élargissement de la plateforme à l'ensemble du territoire américain va permettre aux établissements de gérer le personnel de "manière dynamique", quel que soit le type d'exercice du professionnel (soins aigus, post-aigus, à domicile).

Pour ce faire, des logiciels basés sur le cloud son mis à leur disposition afin :
d'optimiser la main-d'œuvre ;
• de permettre aux professionnels inscrits sur la plateforme de travailler à temps partiel selon leurs disponibilités ;
• de diminuer la dépendance des établissements aux infirmiers en intérim ;
• de réduire les coûts de 30 à 40 % par rapport à l'embauche des infirmiers en intérim.

Déjà présents sur plus de 110 marchés aux États-Unis avec 350 000 professionnels de santé présents sur sa plateforme, ShiftMed entend : 
• permettre aux hôpitaux américains "d'atteindre leur niveau de personnel optimal" ;
• ouvrir la voie à un changement du cadre de travail des grands systèmes de santé en leur permettant un contrôle et une meilleure prévisibilité.

[annuaireOrga=169163]

Publié le mardi 07 février 2023 à 08h00

Anapath numérique : Sectra, Tribun Health et Roche parmi les 7 titulaires du nouveau marché UniHA

Les lots couvrant le système de gestion d'images ont été attribués à Sectra et Tribun Health ; ceux portant sur les scanners de lames (numérisation) à Evident, Hamamatsu, Leica, MM France et Roche.

Les scanners de lames, un système de gestion d'image (SGI) intégrant de premières solutions d'intelligence artificielle (IA) de calcul, et un accompagnement optionnel à la conduite de projets sont associés dans un nouveau marché UniHA dédiée à la pathologie (anapath) numérique, préparé par un groupe d'experts pluridisciplinaire.

"Depuis quelques années, le nombre d’analyses augmente contrairement au nombre de pathologistes qui diminue", relève la coopérative d'acheteurs hospitaliers français. Numériser grâce à des scanners de lames permet aux services d’anatomopathologie hospitaliers de "gérer un flux important d’analyses" avec un SGI basé sur IA, souligne-t-elle.

Constatant qu'à ce jour, "la numérisation en anatomocytopathologie est peu déployée pour le diagnostic de routine", UniHA a déployé ce nouveau marché pour aider les projets régionaux, à l'instar d'eNovA-Path de l'AP-HP, mais aussi au profit des établissements de santé seuls face à leur projet de numérisation.

12 lots attribués à 7 titulaires

Le marché couvre les scanners de lames ainsi que le SGI jusqu'en 2026 :
• scanners de lames d’anatomocytopathologie : pour numériser des lames physiques en images numériques ;
• système de gestion d'images (SGI) : pour analyser les images et intégrer de l'IA sur les images numérisées.

Il intègre les premières solutions d'IA de calcul tels le Ki-67 (protéine nucléaire non histonique), le comptage mitotique, l'IA de synchronisation automatique et le triage :
• les lots couvrant le système de gestion d’image (lots 1, 2 et 3) ont été attribués à Sectra (lots 1 et 2) et Tribun Health (lots 3) ;
• les lots portant sur les scanners (lots 4 à 12) à Evident (lot 10), Hamamatsu (lots 6 et 9), Leica (lot 7), MM France (lots 4, 8, 11 et 12) et Roche (lot 5).

Il propose par ailleurs un accompagnement à la conduite de projet délivré aux adhérents par "Appui Conseils", cellule de consultants interne à UniHA, dès les premières démarches jusqu'au déploiement des solutions dans les services :
• guidage sur les prérequis stratégiques et opérationnels ;
• aide à la recherche de solutions de financement ;
• mise en place d'une équipe projet ;
• coordination de la transition avec les différents fournisseurs sur les différents sites ;
• aide pour assurer le cadencement et la tenue du calendrier.

📌 Caractéristiques principales du marché :

appel d’offres ouvert / centrale d'achat uniquement / accord cadre à bon de commande mono-attributaire avec volume maximum par lot ;
• durée du marché : 4 ans :
- lots 1 à 3 : avril 2022 à avril 2026 ;
- lots 4 à 12 : août 2022 à août 2026 ;
- couverture des prestations captives pendant 10 ans ;
• allotissement : 12 lots ;
• périmètre :
- SGI (lots 1, 2 et 3) :
> volume financier maximum : 60,11 M€ ;
> gains potentiels sur la durée du marché : 4,8 M€ ;
- scanners (lots 4 à 12) :
> volume financier maximum : 46,12 M€ ;
> gains potentiels sur la durée du marché : 2,35 M€.

Le marché a été élaboré par des pathologistes, ingénieurs, ingénieurs biomédicaux, informaticiens spécialisés en anatomo-cytopathologie et acheteurs en provenance du CHU de Nantes, de l’AP-HP et du CHU de Poitiers.

Préparation d'un marché sur l'IA de prédiction

Afin de prolonger ces travaux sur la numérisation, UniHA annonce être en train de préparer un marché consacré à l'intelligence artificielle de prédiction, via sa filière "Santé digitale et numérique".

"Il témoignera de la convergence entre filières d'achat dans le but de structurer la politique achat, au plus proche des innovations observées dans les établissements de santé comme chez les principaux fournisseurs", précise la centrale d'achat.


👉 Le 9 mars à 16 heures, UniHA organise une conférence en ligne réservée à ses adhérents pour présenter le marché dédié à la pathologie numérique et quelques retours d'expérience (programme et inscription : ici).

Présentation des 12 lots :

Lots 1 à 3 : système de gestion d'images (SGI) :

  • 1. SGI pour l’intégration complète de l’imagerie des services d’anatomocytopathologie, pour un service ou établissement (FINESS géographique)
    • Sectra
  • 2. SGI pour l’intégration complète de l’imagerie des services d’anatomocytopathologie, pour 2 à 6 services ou établissements (FINESS géographique)
    • Sectra
  • 3. SGI pour l’intégration complète de l’imagerie des services d’anatomocytopathologie, pour 7 et + services ou établissements (FINESS géographique)
    • Tribun Health

Lots 4 à 12 : scanners :

  • 4. Scanner extemporané 1 à 2 lames
    • MM France
  • 5. Scanner lames blanches petite capacité 6 à 12 lames (scanner fond clair)
    • Roche
  • 6. Scanner fond clair 50 à 200 lames (scanner fond clair)
    • Hamamatsu
  • 7. Scanner 201 à 450 lames (scanner fond clair)
    • Leica
  • 8. Scanner = ou > 450 lames (scanner fond clair)
    • MM France
  • 9. Scanner incluant la possibilité de numériser des grandes lames - Capacité minimale 6/10 lames
    • Hamamatsu
  • 10. Scanner avec module lumière fluorescente de 8 à 49 lames
    • Evident
  • 11. Scanner avec module lumière fluorescente = ou > 50 lames
    • MM France
  • 12. Système de numérisation pour FISH (hybridation in situ fluorescente)
    • MM France

[photo=169087][encadre=169077]

Publié le mardi 07 février 2023 à 08h00

Éditeurs : CompuGroup et Cegedim n° 1 chez les libéraux, le marché des SIH se stabilise (Sesam-Vitale)

"Le top 15 des éditeurs représente 81,6 % des professionnels de santé en facturation Sesam-Vitale, soit 319 008 professionnels de santé (sur un total de 391 146)" : CompuGroup Medical et Cegedim dominent ce marché des logiciels dédiés aux professionnels de santé libéraux, avec respectivement 20,26 % et 18 % de parts de marché. Il s'agit de l'une des informations clés qui ressort de la nouvelle étude de marché sur les industriels du numérique en santé (état des lieux chiffré) du GIE Sesam-Vitale, publiée le 17 janvier 2023.

📌 À noter : Les données de l'analyse ont été recueillies jusqu'à juin 2022, soit avant l'annonce du projet de rachat de Maincare par Docaposte (voir article H&TI ici).

Libéraux : apparition de 3 nouveaux groupes

Sur le marché des libéraux, CompuGroup Medical et Cegedim sont suivis par :
CBA Informatique Libérale : 7,1 % de parts de marché ;
Sofia Développement : 6,7 % ;
DL Software : 5,3 % ;
• et Equasens (ex-Pharmagest) : 4,9 %.

Les autres éditeurs détiennent moins de 5 % de parts de marché. Les 135 éditeurs en dehors du top 15 représentent 18,44 % des professionnels de santé.

3 nouveaux groupes sont récemment apparus sur ce marché, note Sesam-Vitale :
DL Software, composé de Pyxistem, Juxta et Sephira ;
Equasens (ex-Pharmagest), créé en mars 2022, composé de Pharmagest Interactive, International Cross Talk et Prokov Éditions ;
Vidal France avec Comunica : ex-Weda, racheté par le groupe Vidal.

SIH : 81 éditeurs de DPI couvrent tous les domaines sanitaires

Sur le marché des établissements de santé, Sesam-Vitale rappelle que les services dématérialisés sont intégrés au sein des systèmes d’Information Hospitaliers (SIH) par l'intermédiaire de 2 logiciels :
• les logiciels de GAP (gestion administrative du patient) :
> marché couvert par 40 éditeurs pour 3 393 établissements de santé ;
> parmi les 15 principaux éditeurs de GAP pour établissements de santé : CSIS/Evolucare, Dedalus, Elap, le GIP CPage, le GIP Mipih, InterSystems, Maincare Solutions et Softway Medical ;
• les logiciels de DPI (dossier patient informatisé) :
> parmi les 40 éditeurs de GAP, 31 proposent également la gestion médicale du patient.

81 éditeurs de DPI couvrent l'ensemble des domaines sanitaires.

De manière générale sur le marché des SIH :
• les positions concurrentielles "n'évoluent que très peu au fil des années" : les changements de logiciels au sein des établissements "sont en effet relativement rares" ;
• "après plusieurs années de restructuration suite à la mise en place des GHT, on observe une stabilisation du marché" ;
• "pas de nouveaux entrants en 2022" ;
7 éditeurs sont positionnés aussi bien sur des établissements privés à but lucratif et non lucratif : Cpage, Dedalus, Elap, InterSystems, Maincare Solutions, le Mipih et Sigems.



Interrogé par H&TI sur le positionnement de Doctolib, le GIE Sesam-Vitale précise que la société "a bien été prise en compte dans l'étude" : Doctolib n'est pas cité explicitement dans le rapport comme "à fin juin 2022", l'entreprise ne faisait pas partie du top 10 des éditeurs.

👉 Pour avoir des informations sur les parts de marché au fil de l’eau par catégorie de professions de santé : se connecter au site www.sesam-vitale.fr.

[photo=168400][encadre=168401]

Données clés de l'étude de marché :

Éditeurs - professionnels de santé libéraux

  • Parts de marché des éditeurs Sesam-Vitale en nombre de professionnels de santé (juin 2022) :

[photo=168373]

  • Parts de marché des 15 éditeurs leaders en volume de feuilles de soin électroniques (juin 2022) :

[photo=168374]

Éditeurs - établissements de santé

  • Les principaux éditeurs de GAP pour établissements de santé :

[photo=168375]

Éditeurs - établissements et services médico-sociaux (ESMS)

Les structures médico-sociales sont "pleinement concernées" par les services du numérique en santé, souligne Sesam-Vitale : INS, DMP, e-prescription, appli carte Vitale... Le GIE accompagne les éditeurs dans l’intégration de ces services dans les dossiers usagers informatisés (DUI).

En synthèse :

  • 4 catégories d’établissements, selon les publics adressés :
    • personnes âgées ;
    • adultes handicapés ;
    • enfants handicapés ;
    • personnes en situation d’addiction.
  • Le marché est composé "d'environ 30 000 structures" dont la prise en charge des patients se fait à domicile ou via des hébergements d’accueil.
  • L'informatisation de ces structures est "plus faible" que les établissements sanitaires :
    • 89 % ont déployé une solution de DUI ;
    • contre 96 % des établissements sanitaires concernant le DPI.
  • Le marché est couvert par une quinzaine d’éditeurs majeurs, dont 9 d'entre eux sont spécialisés exclusivement sur ce secteur.

Focus :

  • Les principaux éditeurs pour ESMS :

[photo=168376]

Éditeurs - transporteurs

  • Les principaux éditeurs pour transporteurs :

[photo=168377]

Publié le mardi 31 janvier 2023 à 08h00

Lire la suite
membres-icon

Derniers membres

test6@sifast... inscrit il y a 1 semaine et 2 jours
mayssa.mehri... inscrit il y a 1 semaine et 3 jours
pierre.chapo... inscrit il y a 1 semaine et 3 jours
fjb@troover.com inscrit il y a 2 semaines et 1 jour
test5@sifast... inscrit il y a 2 semaines et 2 jours
amin.ben.has... inscrit il y a 2 semaines et 2 jours
Qiaoli Vrinat inscrit il y a 3 semaines et 4 jours
aminebenhassena inscrit il y a 1 mois
confiance-icon

Ils nous font confiance

Jean François Pomerol
CEO

« Tribun Health est l’un des leaders en matière de solutions de pathologie numérique pour les établissements de santé publics et privés et l’environnement / organisations pharmaceutiques. Le décryptage de l’actualité numérique santé au sein de l’écosystème est un relais majeur pour comprendre, accompagner et développer nos activités tant au niveau institutionnel qu’au niveau des établissements (réseau des DG / DSI / CME

Dr Charlotte Garret
Directrice Médicale

« L'hebdo Health&Tech est un excellent support d'informations en termes d'actualités dans le domaine de la santé numérique, de l'IA, de la veille réglementaire... L'hebdo s'intéresse aux actualités françaises mais aussi internationales, ce qui permet d'avoir une vision globale des innovations en santé dans les domaines du digital et du numérique. Cela nous permet, au sein du LAB innovation chez Santéclair, d'être toujours informés des nouveaux acteurs du marché et des actualités dans ce domaine en perpétuel évolution ».

Aurélien Pécoul
Acting Director & open innovation manager

« En tant qu'acteur clé de l'industrie pharmaceutique, nous avons eu le privilège de collaborer avec Care Insight pour nos besoins en veille stratégique et en conseil dans le domaine de la santé numérique. Leur expertise, leur engagement et leur intégration au sein de l'écosystème de la santé numérique sont des atouts essentiels pour nous permettre d'accéder à une information de qualité. Leur capacité à fournir des panoramas détaillés, des benchmarks précis des solutions numériques et à définir des axes d'opportunités nous permet de mieux comprendre le paysage numérique de la santé en constante évolution et de formuler des stratégies de développement pertinentes. »

Arnaud Houette
CEO

« Extens est en France l’un des fonds majeurs d'investissement dédié aux éditeurs de logiciels de santé. A ce titre, Care Insight nous permet, par le service de veille HealthTech Intelligence, de comprendre les segments en évolution et accompagner nos stratégies d’investissement ciblées. Une très bonne source d’information fiable et pertinente ».

Pascal Dussert
Directeur Europe sale

“Care Insight est fédérateur d’innovations permettant d’accélérer l’émergence de projets d’envergure en s’appuyant sur son vaste réseau d’experts cliniques, institutionnels et industriels »

events-icon

Événements

Revivez les meilleurs moments !

Retrouver en image le Health&Tech Summit 2023 consacré aux cas d’usages concrets de l’IA et de la Data en Santé.