AAP & marchés publics

Gen AI : la santé parmi les secteurs ciblés par l’AAP sur l’accélération des usages

Encourager le développement et l’adoption d’outils basés sur l’intelligence artificielle générative (Gen AI) dans tous les secteurs économiques, dont la santé : tel est l'objectif de l'appel à projets (AAP) "Accélérer l’usage de l’intelligence artificielle générative dans l’économie", lancé début avril par le Gouvernement, dans le cadre du plan France 2030, et qui s'étend jusqu'au 2 juillet 2024.

Publié le vendredi 19 avril 2024 à 16h46

Financeurs
GEN AI

Lancement de l’AAP « Technologies innovantes des univers virtuels immersifs »

Catalyser le développement des technologies de demain pour renforcer la souveraineté numérique et stimuler la croissance des entreprises françaises, tel est l'objectif de l'appel à projets (AAP) "Technologies innovantes des univers virtuels immersifs", annoncé par Marina Ferrari, secrétaire d’État en charge du Numérique.

Publié le vendredi 12 avril 2024 à 17h53

Fonds
Startup
Acteur public

Supercalcul : un AMI pour optimiser l’exploitation des données dans le cloud (06/05/2024)

Unr évaluation des performances des codes des entreprises lauréates sur les infrastructures de CGG, un accès à ses supercalculateurs à des tarifs préférentiels et un hébergement de service : l'appel à manifestation d'intérêt (AMI), lancé par l'entreprise française CGG en collaboration avec Cap Digital, est ouvert aux biotech et aux industries utilisant l'intelligence artificielle (IA).

Publié le mardi 09 avril 2024 à 16h00

Data
Startup

Data : nouvel AAP « Espaces de données » pour structurer des filières industrielles françaises

À l'occasion de la réunion de l’écosystème numérique et industriel français à Bercy le 8 mars, la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Marina Ferrari a annoncé le lancement de l'appel à projets (AAP) "Espaces de données" de France 2030 qui a pour but de "sélectionner des projets de création d’espaces de données à fort impact pour la structuration des filières industrielles françaises".

Publié le lundi 18 mars 2024 à 17h28

Data
Acteur public

Coalition Next 2024 : 4e AAP pour sélectionner des solutions innovantes en santé numérique (31/01)

"Promouvoir les solutions numériques pour la santé" afin de les inscrire dans la durée et de les rendre accessibles au plus grand nombre : c’est l’objectif de l'appel à projets (AAP) lancé par l’initiative Coalition Next pour la quatrième année consécutive.

L'AAP, baptisé "Redéfinir le futur de la santé : personnalisation, prévention et efficience", cherche à poursuivre sa principale ambition : "faciliter l'accessibilité à l'innovation en santé numérique tout en réduisant au maximum les risques" afin d'« accélérer le déploiement de la santé numérique en France ».‍ Les projets candidats doivent présenter "un niveau de maturité adapté à la mise en œuvre rapide de la solution" est-il précisé sur le site officiel de l’appel.

3 thématiques ciblées pour l'édition 2024

1️⃣ "Révolutionner le parcours de soins : personnalisation et continuité de l'expérience patient de l'hôpital au domicile" qui a pour objectif "d’améliorer l'expérience globale des patients, en assurant la fluidité et la personnalisation du parcours de soins depuis l'hôpital jusqu'au domicile" ;
2️⃣ "Innovation numérique pour la prévention secondaire et tertiaire" qui a pour objectif de mettre en place une utilisation efficace des données de santé grâce à "l'engagement actif des patients et des professionnels de la santé, à la prévention secondaire et la prévention tertiaire" ;
3️⃣ "Vers une pratique sanitaire du futur : efficience et accessibilité des soins" qui a pour multiple ambitions de permettre "l'amélioration des conditions de travail des professionnels de santé, l'intégration des soins à domicile grâce à des systèmes interopérables, le développement de programmes de formation pour les soignants, l'automatisation des tâches administratives ou encore l'amélioration de la communication entre les professionnels de santé et les patients".

👉 L'AAP est d'ores et déjà ouvert et les candidats doivent remplir le dossier de candidature disponible via ce lien avant le 31 janvier 2024.

Déroulement de l'appel à projet :

L’appel à projets se déroulera en 4 étapes : 

  • 4 au 31 - janvier 2024 : dépôt des candidatures ;
  • février - mars 2024 : les projets cohérents seront analysés par le comité de sélection qui les évaluera en fonction de « différents critères d’impact et de robustesse ». Ce comité se chargera aussi de décider si les projets peuvent ou non être déployés rapidement par les membres de Coalition Next ;
  • 27 mars 2024 : les projets sélectionnés seront ensuite présentés par leurs porteurs lors d'un pitch devant les membres de la coalition qui pourront « émettre une première marque d’intérêt sur un ou plusieurs projets » ;
  • avril - octobre 2024 : enfin, les porteurs des projets finalement sélectionnés se réuniront avec le ou les acteurs portant un intérêt pour leur projet pour définir ensemble « le soutien et l’accompagnement nécessaire pour mener à bien son déploiement ».

Critères d'éligibilité :

[photo=196463]

Critères de sélection :

[photo=196464]

[annuaireOrga=196472]

Publié le vendredi 12 janvier 2024 à 08h00

Dispositifs médicaux : un AAP pour financer les évalutions cliniques post-marquage CE (09/04/2024)

Financer des évaluations cliniques post-marquage CE de dispositifs médicaux numériques (DMN) et dispositifs médicaux d’équipement qui ont démontré leur bénéfice médico-économique : c'est l'objectif de l'appel à projets (AAP) "évaluation du bénéfice médico-économique des dispositifs médicaux numériques et des dispositifs médicaux d’équipement" lancé par Bpifrance le 7 décembre 2023.

Alors qu'après l’obtention d’un marquage CE, "un dispositif médical doit faire la preuve de sa valeur spécifique dans le parcours de soins", cet AAP, qui s'inscrit dans le cadre du plan 2030 et qui est soutenu par le Gouvernement, vise à financer des évaluations cliniques qui seront "ambitieuses et précises" afin de "constituer l’étape ultime avant une prise en charge par la solidarité nationale, ou la finalisation d‘un modèle médico-économique en vue d’un achat par un établissement de soins".

Malgré une augmentation de la part du numérique et des objets connectées dans le monde de la santé, beaucoup de médecins et/ou d’établissements de santé restent encore à convaincre des bénéfices de ces solutions. Les évaluations cliniques rigoureuses sont indispensables pour "apporter des preuves d'efficacité, que ce soit pour une supériorité clinique ou pour apporter une valeur organisationnelle ou économique", dans le but :
📌 de demander une prise en charge par l’assurance maladie ;
📌 de créer ou réévaluer des actes ;
📌 d'être acheté par un professionnel de santé ou un établissement de soins.

Un AAP divisé en deux thématiques (DMN et DM d'équipement)

Afin de faire la différence entre les dispositifs numéraux numériques et les dispositifs médicaux d'équipement, cet AAP est divisé en deux thématiques

1️⃣ Thématique 1 : dispositif médical dont l’innovation est majoritairement numérique, par lequel on entend "tout dispositif médical (DM), au sens des règlements européens 2017/745 et 2017/746 dont la composante numérique représente la part prépondérante de l’actif, ou la part prépondérante de la proposition de valeur" ;

2️⃣ Thématique 2 : dispositif médical d’équipement innovant, par lequel on entend "un dispositif médical d’équipement, à usage collectif, dont l’innovation porte principalement sur la partie matérielle du dispositif, et utilisé en établissement de santé ou laboratoire d’analyse, par un professionnel de santé".

Les lauréats de l'AAP se verront financer les évaluations cliniques post-marquage CE de leur DM en vue d'une prise en charge par la solidarité nationale, ou la finalisation d‘un modèle médico-économique, mais pourront aussi se faire rembourser les dépenses liées au projet.

👉 Les inscriptions à l'AAP sont d'ores et déjà ouvertes et les candidatures doivent être déposées avant le 9 avril 2024, midi, pour les candidats souhaitant participer à la première vague, et jusqu'au 8 avril 2025, midi, pour ceux souhaitant participer à la seconde vague.

Pour candidater : le dossier de candidature - téléchargeable via ce lien - doit être adressé à Bpifrance sous forme électronique sur sa plateforme en ligne.

Critères d'éligibilité : 

Dossier :

1. Être soumis dans les délais et sous forme électronique via https://www.picxel.bpifrance.fr/accueil

2. Former un dossier de candidature complet rédigé en français, au format imposé, tous les paragraphes, tableaux et onglets étant renseignés ; 

Projet :

3. Présenter une demande avec un budget compris entre l’intervalle spécifique à chaque thématique ;

4. Porter sur des travaux réalisés en France et non-engagés avant le dépôt de la demande d’aide (la date d’éligibilité des dépenses correspond au lendemain de la date de réception du dossier complet par Bpifrance). Par exception, porter sur des travaux réalisés en Europe si le seul recrutement de patients français ne peut être garanti ;

5. Proposer une assiette éligible de travaux qui ne fait pas ou n’a pas fait l’objet de financements publics hors du cadre du présent appel à projets : par l’État, les collectivités territoriales, l’Union européenne ou leurs agences ; 

6. Se dérouler sur une durée comprise entre 12 et 48 mois à compter d'une date postérieure à la clôture de l'appel à projets ; 

7. Le projet doit exclusivement porter sur l'évaluation médicale et/ou économique du dispositif, à l’exclusion du développement technologique algorithmique ou d'apprentissage sur de nouvelles données. Le synopsis de l’étude doit être joint au dépôt du dossier ;

Porteur du projet :

8. Être déposé par une structure unique responsable du développement du dispositif ; 

9. Fournir les éléments validant le marquage CE / FDA. L’appel à projets intègre volontairement un critère d’éligibilité sur la production de documents de marquage CE/FDA. Les seuls documents acceptés seront :

  • Accusé de réception de la déclaration ANSM pour les DM de classe 1 ;
  • Certificat de marquage CE délivré par un organisme notifié pour les autres classes ;
  • FDA clearance délivré par la FDA et un accord écrit signé entre l'organisme notifié et le fabricant, conformément à l'annexe VII (du règlement 2017/745/UE). 

A défaut de marquage CE ou de clearance FDA, il sera demandé le rapport d’audit de marquage CE par un organisme notifié comportant au plus 2 non-conformités majeures, et un planning d’obtention du marquage CE. 

Afin de garantir la disponibilité des DM certifiés ou auto-déclaré sous une directive (93/42 ou 98/79), un plan de transition vers les règlements 2017/745 ou 2017/746 au 26 mai 2024 est également demandé 

Cette contrainte a vocation à garantir la capacité de la structure en charge du développement du dispositif à lancer le produit sur le marché dans un délai raisonnable ;

10. Fournir la grille de la HAS sur les Dispositifs Médicaux à base d’IA pour les projets relevant de cette thématique ;

11. Être à jour de ses obligations fiscales et sociales ; 

12. Ne pas être porté par une « entreprise en difficulté » selon le droit européen, auquel cas son projet ne serait pas éligible, sauf en cas de fourniture d’éléments jugés satisfaisants par Bpifrance justifiant sa sortie du statut « d’entreprise en difficulté » avant la décision de financement du projet. 

Les projets ne respectant pas l’un des critères d’éligibilité sont écartés du processus de sélection, sans recours possible. 

Critères de sélection :

La sélection des projets s’appuiera sur les critères suivants : 

➡️ Clarté et pertinence de l’impact médical et/ou économique attendu : 

  • Proposition de valeur claire ;
  • Impact du projet en termes clinique, de santé publique, et/ou de gain d’efficience. 

➡️ Degré d’innovation du projet :

  • Etat de l’art et concurrence objectivement et clairement documenté ;
  • Positionnement et valeur ajoutée justifiée par rapport à la concurrence ;
  • Perspectives de développement sur la base du projet déposé ;
  • Perspectives d’emplois à court et moyen terme issus du projet. 

➡️ Expérience des porteurs du projet et maturité du projet : 

  • Expérience et implication de l’équipe projet ;
  • Adéquation des partenaires avec l’objectif du projet ;
  • Résultats déjà disponibles attestant de la crédibilité de la cible. 

➡️ Potentiel de marché :

  • Clarté et réalisme des hypothèses de marché, de la taille du marché, du pricing produit, du volume des ventes, du plan d’affaires ;
  • Qualité et robustesse du modèle économique ;
  • Stratégie d’accès au marché établie : remboursement, achat pour des professionnels de santé, hôpitaux, etc., aspects réglementaires, distribution ;
  • Anticipation des problématiques d’intégration du dispositif dans son environnement (utilisateurs, produits en interaction, connections informatiques). 

➡️ Plan de financement :

  • Clarté du plan de financement proposé ;
  • Réalisme du budget et de l’agenda proposé. 

➡️ Qualité du protocole d’étude proposé (à rédiger en français) :

  • Clarté de la méthodologie : motivation, objectifs (cliniques, économiques), critères d’inclusion et d’exclusion, qualité des données, design adapté, taille de l’échantillon, calendrier ;
  • Différenciation des sources de données utilisées pour l’entraînement de l’algorithme et pour l’évaluation du dispositif ;
  • Pour les dispositifs médicaux à base d’intelligence artificielle, il sera demandé de remplir la grille descriptive des fonctionnalités des dispositifs médicaux embarquant un système avec apprentissage automatique (intelligence artificielle) de la HAS ;
  • Démonstration d’un niveau de preuve élevé apporté par la méthodologie et la taille de l’échantillon d’évaluation ;
  • Hypothèse statistique clairement formulée et plan d’analyse cohérent ;
  • Pertinence des ressources sollicitées au regard de l’objectif de l’étude ;
  • Rigueur apportée dans la gestion du conflit d’intérêt du porteur de la technologie ;
  • Justification des capacités d’inclusion du ou des structures de santé sous-traitantes ;
  • Cohérence de la revendication (claim), de l’usage prévu du dispositif (intended use), et de l’objet de l’étude clinique proposée. 

➡️ Performance environnementale du projet :

Le présent AAP sélectionne des projets démontrant une réelle prise en compte de la transition énergétique et écologique. Les effets positifs attendus et démontrés du projet, du point de vue écologique et énergétique, de même que les risques d’impacts négatifs, sont utilisés pour sélectionner les meilleurs projets parmi ceux présentés, ou pour moduler le niveau d'intervention publique accordé au projet.

Chaque projet doit expliciter sa contribution au développement durable, en présentant les effets, quantifiés autant que faire se peut, directs ou indirects, positifs ou négatifs, estimés pour les axes ci-dessous : 

  • Atténuation du changement climatique ;
  • Adaptation au changement climatique ;
  • Utilisation durable et protection des ressources aquatiques et marines ;
  • Transition vers une économie circulaire ;
  • Prévention et réduction de la pollution ;
  • Protection et restauration de la biodiversité et des écosystèmes ;
  • Impact sociétal. 

Publié le lundi 11 décembre 2023 à 08h00

Accord France-Québec : Gustave Roussy et le CHU de Nantes parmi les lauréats du 2e AAP « IA et santé »

Mobiliser des données synthétiques générées à partir des données de plus de 700 patients québécois et français afin d’étudier les facteurs de rupture d’anévrisme (CHU de Nantes et centre hospitalier de l'Université de Montreal), et mobiliser les données de patientes et des extraits d’images de lames de tissus afin de consolider l’apprentissage de modèles d’intelligence artificielle (IA) destinés au diagnostic et au suivi du cancer du sein (Gustave Roussy, Université Paris-Saclay et Ecole de technologie supérieure de Montréal) : c'est ce que proposent les deux projets qui ont été retenus comme lauréats de la seconde vague de l'appel à projets (AAP) "IA et santé" porté par le Health Data Hub (HDH) et le Fonds de recherche du Québec - Santé (FRQS).

Après un premier AAP en 2022, les deux organisations ont lancé, en mai 2023, une deuxième vague, avec toujours le même objectif : "soutenir la recherche de pointe en IA appliquée au domaine de la santé". Une initiative qui doit permettre de "rendre les données de santé plus accessibles à l’international et favoriser leur utilisation pour des projets de recherche innovants, utilisant notamment des méthodologies d’intelligence artificielle, grâce à un accord de coopération, concrétisé par un appel à projets". 

Les 3 axes de cet AAP sont similaires à ceux de la première édition, à savoir :
• le développement d’applications à base d’IA à destination des professionnels ou des patients ;
• le développement de modèles de populations pour la prévention ou la thérapie fondés sur des techniques innovantes d’analyse de données ;
• le développement de solutions démontrant des bénéfices pour le traitement et la prise en charge des patients.

Les projets devaient être structurés de manière à « créer une valeur ajoutée originale que les chercheuses et chercheurs, financés par chaque pays participant, n’auraient pu réaliser par leurs propres moyens ».

Présentation des 2 projets lauréats :

1. Proposer un livre blanc sur la génération via l’IA, de données synthétiques intéropérables en santé afin de mieux accompagner l’ensemble des professionnels de santé et d’étudier les facteurs de rupture d’anévrisme

📌 Porteurs du projet : le CHU de Nantes (France) et le centre hospitalier de l'Université de Montreal (Quebec). 

Les porteurs du projet souhaitent "mobiliser des données synthétiques générées à partir des données de plus de 700 patients québécois et français afin d’étudier les facteurs de rupture d’anévrisme. À partir d’un projet visant à permettre leur meilleure caractérisation, l’objectif sera de proposer un livre blanc sur la génération via l’IA, de données synthétiques intéropérables en santé afin de mieux accompagner l’ensemble des professionnels de santé".

2. Consolider l’apprentissage de modèles d’IA destinés au diagnostic et au suivi du cancer du sein grâce à la mobilisation de données de patientes et d’extraits d’images de lames de tissus

📌 Porteurs du projet : Gustave Roussy, l'université Paris-Saclay (France) et l'école de technologie supérieure de Montréal (Quebec).

Les porteurs du projets souhaitent mobiliser les données de 10 000 patientes et 5 millions d’extraits d’images de lames de tissus afin de "consolider l’apprentissage de modèles d’IA destinés au diagnostic et au suivi du cancer du sein". Dans une démarche de science ouverte, "les chercheurs prévoient notamment de publier leur code en open source, utilisable directement sur des plateformes en libre accès".

Les deux projets lauréats, portés par des équipes binationales, recevront : 

  • un soutien financier pouvant aller jusqu'à 100 000 euros + 100 000 dollars ;
  • un accompagnement du HDH pour une durée de 18 mois, notamment pour réaliser les démarches d’accès aux données de santé en France.

Pour aller plus loin : les lauréats de de la première édition de l'AAP

1. « Améliorer le traitement et la prise en charge des patients souffrant de sténose valvulaire aortique grâce à des modèles prédictifs d’apprentissage »

📌 Porteurs du projet : Université Côte d’Azur (France) et Université Laval (Québec).

  • Contexte : « La sténose aortique est l’une des maladies cardiovasculaires les plus courantes dans le monde et plus spécifiquement dans les pays développés où l’espérance de vie est en constante augmentation. C’est une pathologie dont on ne sait pas contrôler la progression et qui ne peut être traitée à ce jour que par une intervention chirurgicale. »
  • Enjeu : déterminer le meilleur moment, pour un patient donné, pour la réalisation de cette opération.
  • Objectif : soutenir la prise en charge personnalisée des patients atteints de sténose aortique à risque de progression rapide et d’évolution défavorable.
  • Méthode : Les équipes analyseront des données cliniques et d’imagerie (échocardiographie, scanner…) issues de la cohorte québécoise Progressa (regroupant des données de patients sur 15 ans) grâce à des algorithmes d’IA.

2. « Prévenir les risques de malformations congénitales en limitant l’exposition des femmes enceintes aux médicaments tératogènes grâce à l’apprentissage automatique » (projet IN-uTERO)

📌 Porteurs du projet : université Toulouse III - Paul Sabatier (France) et CHU Sainte-Justine (Québec).

  • Contexte/enjeu : « L’identification de médicaments tératogènes - susceptibles de provoquer des malformations congénitales -  est un processus long et complexe, entraînant des risques inutiles pour certaines femmes enceintes et pour leur fœtus. »
  • Objectifs :
    • identifier de nouveaux médicaments tératogènes ;
    • caractériser les profils de femmes enceintes à risque d'être sujettes à une malformation congénitale, pour soutenir les médecins quand ils prescrivent un médicament à une femme enceinte.
  • Méthode : analyse des données de deux grandes cohortes de femmes enceintes/enfants en France (cohorte CQG) et au Québec (cohorte EFEMERIS) grâce à des algorithmes d’IA.

Publié le vendredi 01 décembre 2023 à 08h00

Lutte contre le cancer des enfants : l’Inca dévoile les 3 lauréats de l’AAC Pediatrex23

Comprendre les mécanismes de résistance des tumeurs cérébrales pédiatrique, explorer les solutions innovantes pour les enfants atteints de cancer, ou encore mettre en place une approche holistique en étudiant les cancers pédiatriques sous l'angle du développement : telles sont les ambitions des trois centres de recherche contre le cancer qui ont été désignés lauréats de l'appel à candidatures (AAC) Pediatrex23 porté par l'Institut national du cancer (Inca), à l'occasion de la semaine des 20 ans des cancéropoles

C'est dans les locaux de l'Inca, le 27 novembre 2023, que la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Sylvie Retailleau, et le ministre de la Santé et de la Prévention, Aurélien Rousseau, ont présenté les trois lauréats de cet AAC qui a pour objectif de constituer "trois centres de recherche intégrée d’excellence en cancérologie pédiatrique labellisés pour une durée de 5 ans" qui auront pour but de porter des programmes "qui devront permettre à la lutte contre les cancers des enfants de passer un cap décisif".

Objectif : répondre aux enjeux actuels de la recherche

Cet AAC s'inscrit dans la stratégie du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche visant à "accélérer la recherche française sur les cancers complexes" qu'il a placé dans ses priorités puisqu'il a augmenté de 19 millions d'euros le fonds consacré à cette recherche en 2022. Pour entamer cette accélération, l'Inca a été doté d'un budget de 15 millions d'euros afin de publier, en décembre 2022, cet AAC pour la constitution de centres de recherche intégrée d’excellence sur les cancers des enfants.

Alors que chaque année en France, "2 260 enfants de 0 à 17 ans dont 443 adolescents de 15 à 17 ans sont nouvellement atteints d’un cancer" et que le taux de survie à 5 ans dépasse désormais les 80%, l'Inca indique qu'"il faut encore faire mieux et que les efforts doivent être accentués".

Pour ce faire, les centres de recherches labellisés doivent "apporter de nouvelles conditions opérationnelles à la recherche translationnelle, afin d’optimiser et accélérer la production de connaissances et de favoriser leur diffusion et leur application dans la prise en soins de ces cancers de l’enfant".

Un budget de 15 M€ pour un fonctionnement en réseau

Pour cette première édition de l'AAC Pediatrex, les 3 consortiums retenus pour former des centres de recherche de lutte contre le cancer des enfants sont : 

1️⃣ En-Hop Smart4CBT (est et nord) : dirigé par le professeur Natacha Entz-Werle, oncopédiatre au CHRU de Starsbourg, ce consortium réunit les structures d’onco-hématologie pédiatrique de Strasbourg, de Nancy et de Lille pour "approfondir la compréhension de la résistance aux traitements actuels et élaborer des approches thérapeutiques novatrices, tout en cherchant à améliorer le parcours de ces jeunes patients et de leurs parents", alors que "les tumeurs cérébrales constituent une des premières causes de décès lié aux cancers chez les enfants et les adolescents" ;

2️⃣ Paris Kids Cancer : dirigé par le professeur Olivier Delattre, pédiatre et directeur de l'unité de recherche "cancer, hétérogénéité, instabilité et plasticité" de l'Institut Curie, ce consortium réunit l'AP-HP, Gustave Roussy et l'Institut Curie, ainsi que 4 universités, organismes de recherche et centres partenaires, et propose un centre d'excellence pour la recherche en onco-hématologie pédiatrique qui doit permettre de "comprendre les mécanismes de résistance des cellules cancéreuses" et de "trouver de nouvelles stratégies thérapeutiques" ; 

3️⃣ South-Rock : dirigé par le professeur Patrick Mehlen, directeur du centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL), ce consortium réunit plusieurs structures d’onco-hématologie pédiatrique de Lyon et de Marseille pour "étudier les cancers des enfants et des adolescents sous l’angle de leur composante développementale, avec deux ambitions : améliorer le soin au moment des traitements et du suivi à long terme, et développer des approches de prévention".

En parallèle de l'annonce des lauréats, l'Inca a indiqué que ces centres de recherches vont bénéficier d'une enveloppe totale de 15 millions d'euros de budget afin d'améliorer la recherche et la lutte contre le cancer des enfants. Dans ce sens, ces centres fonctionneront en réseau et intégreront "des équipes de recherche dans des disciplines variées (sciences biologiques, sciences des données et sciences humaines et sociales)". 


📌 Dans cet article, H&TI détaille les programmes et les axes de recherche des ces 3 nouveaux centres d'excellence.

Les 3 lauréats de l'AAC Pediatrex23

[slider=194151]

[annuaireOrga=194152]

Publié le mardi 28 novembre 2023 à 08h00

Lire la suite
membres-icon

Derniers membres

mayssa.mehri... inscrit il y a 2 semaines et 4 jours
pierre.chapo... inscrit il y a 2 semaines et 4 jours
fjb@troover.com inscrit il y a 3 semaines et 2 jours
amin.ben.has... inscrit il y a 3 semaines et 3 jours
Qiaoli Vrinat inscrit il y a 1 mois
aminebenhassena inscrit il y a 1 mois et 1 semaine
mrabet sirine inscrit il y a 1 mois et 1 semaine
wissem hamza inscrit il y a 1 mois et 4 semaines
confiance-icon

Ils nous font confiance

Jean François Pomerol
CEO

« Tribun Health est l’un des leaders en matière de solutions de pathologie numérique pour les établissements de santé publics et privés et l’environnement / organisations pharmaceutiques. Le décryptage de l’actualité numérique santé au sein de l’écosystème est un relais majeur pour comprendre, accompagner et développer nos activités tant au niveau institutionnel qu’au niveau des établissements (réseau des DG / DSI / CME

Dr Charlotte Garret
Directrice Médicale

« L'hebdo Health&Tech est un excellent support d'informations en termes d'actualités dans le domaine de la santé numérique, de l'IA, de la veille réglementaire... L'hebdo s'intéresse aux actualités françaises mais aussi internationales, ce qui permet d'avoir une vision globale des innovations en santé dans les domaines du digital et du numérique. Cela nous permet, au sein du LAB innovation chez Santéclair, d'être toujours informés des nouveaux acteurs du marché et des actualités dans ce domaine en perpétuel évolution ».

Aurélien Pécoul
Acting Director & open innovation manager

« En tant qu'acteur clé de l'industrie pharmaceutique, nous avons eu le privilège de collaborer avec Care Insight pour nos besoins en veille stratégique et en conseil dans le domaine de la santé numérique. Leur expertise, leur engagement et leur intégration au sein de l'écosystème de la santé numérique sont des atouts essentiels pour nous permettre d'accéder à une information de qualité. Leur capacité à fournir des panoramas détaillés, des benchmarks précis des solutions numériques et à définir des axes d'opportunités nous permet de mieux comprendre le paysage numérique de la santé en constante évolution et de formuler des stratégies de développement pertinentes. »

Arnaud Houette
CEO

« Extens est en France l’un des fonds majeurs d'investissement dédié aux éditeurs de logiciels de santé. A ce titre, Care Insight nous permet, par le service de veille HealthTech Intelligence, de comprendre les segments en évolution et accompagner nos stratégies d’investissement ciblées. Une très bonne source d’information fiable et pertinente ».

Pascal Dussert
Directeur Europe sale

“Care Insight est fédérateur d’innovations permettant d’accélérer l’émergence de projets d’envergure en s’appuyant sur son vaste réseau d’experts cliniques, institutionnels et industriels »

events-icon

Événements

Revivez les meilleurs moments !

Retrouver en image le Health&Tech Summit 2023 consacré aux cas d’usages concrets de l’IA et de la Data en Santé.