Début

« La France peut devenir la locomotive européenne de l’IA en santé » (Damien Gromier, AI for Health)

Paris - Publié le lundi 9 septembre 2019 à 12 h 08 - n° 9388 « Permettre aux acteurs de la santé de comprendre ce que peut faire la technologie ». C’est l’objectif que s’assigne Damien GromierDamien GromierDamien Gromier, fondateur en 2018 de l'événement AI for Health, organisé le 5 septembre 2019 au Palais de Tokyo à Paris par Startup InsideStartup insideStartup inside et JanssenJanssenJanssen.

Dans un entretien accordé à Health & Tech Intelligence, Damien Gromier souligne le potentiel de la France en matière d’intelligence artificielle (IA) appliquée à la santé, jugeant que son avantage stratégique majeur est la base de données de la Sécurité sociale, non biaisée, et que le pays a toutes les cartes en main pour « devenir la locomotive européenne de l’IA en santé ». Il distingue 2 tendances particulièrement porteuses dans ce domaine : l’assistance au diagnostic et la simulation d’interactions de molécules.
Damien Gromier est le fondateur de l'événement AI for Health. - © AI for Health
Damien Gromier est le fondateur de l'événement AI for Health. - © AI for Health

« Nous voyons d’un très bon œil l’émergence du Health Data Hub »

Comment en êtes-vous arrivé à créer AI for Health ?

Damien Gromier : J’ai d’abord fondé il y a 4 ans France is AI, qui est le plus grand consortium d’acteurs de l’intelligence artificielle (IA) en France et en Europe. Puis, j’ai créé AI for Good avec Cédric VillaniCédric Villani, lancé à l’Assemblée nationale en avril 2018. Et suite à cela, j’ai fondé AI for Health pour rassembler les acteurs de l’intelligence artificielle et de la santé : les start-ups  et les laboratoires de recherche d’un côté et de l’autre, les professionnels de santé, les régulateurs, laboratoires pharmaceutiques, les assureurs et grandes mutuelles et enfin les associations de patients. Le but, c’est de rassembler tout le monde dans un cluster. Tous ces acteurs sont membres du Forum AI for Health aujourd’hui : c’est un peu l’anniversaire de l'écosystème.

Quel est le principe de cet événement ?

L’idée est de pouvoir montrer quels sont les cas d’usage, ce que signifie concrètement l’IA en santé. C’est pour ça que je voulais faire une « démo zone ». Il s’agit aussi à l’inverse de permettre aux acteurs de l’IA et de la tech d’évangéliser les acteurs de la santé et de décrypter ce qu’ils font :  je tiens à cette notion de formation, d’acculturation, car c’est mon métier. Ce que nous faisons sur la santé, nous le faisons aussi sur la finance ou l’industrie.  

Quelle place tient la santé au sein de France is AI ? 

Nous voyons d’un très bon œil l’émergence du HDH, comme une façon de structurer l’accès aux données pour les acteurs de la technologie qui vont pouvoir proposer des solutions basées là-dessus.La santé tient une place centrale dans l’écosystème de l’intelligence artificielle, c’est donc notre sujet principal. On assiste actuellement à un réel engouement de l’IA pour la santé et on constate aussi un vrai besoin des professionnels de santé et des entreprises du secteur ainsi que des patients, de comprendre quels vont être les bouleversements provoqués par l’IA sur tout ce qui touche à la santé. Nous voyons d’un très bon œil l’émergence du Health Data Hub (HDH), comme une façon de structurer l’accès aux données de santé pour les acteurs de la technologie qui vont pouvoir proposer des solutions basées là-dessus.

« L’IA est extrêmement efficace sur l’amélioration des résultats de diagnostic »

Quelles sont actuellement les tendances les plus remarquables dans l’IA en santé ?

Le plus visible, c’est que l’IA est extrêmement efficace sur l’amélioration des résultats de diagnostic. Que ce soit en cancérologie, en ophtalmologie ou en radiologie, elle permet de donner un diagnostic beaucoup plus précis, beaucoup plus fiable et beaucoup plus rapidement qu’avec les techniques actuelles. On doit citer aussi les technologies de simulation d’interaction des molécules, qui vont permettre aux laboratoires pharmaceutiques de créer plus rapidement de nouveaux médicaments. On voit par ailleurs de plus en plus d’IA appliquée au traitement des données de santé, notamment pour l’analyse des compte rendus réalisés par les médecins, permettant d’établir des corrélations.  

Peut-on dire que ces tendances-là sont les plus porteuses à court terme ?

À horizon 10 ans, on aura des laboratoires capables de créer des molécules en 3 fois moins de temps qu’actuellement grâce justement à l’IAAbsolument. À horizon 10 ans, on aura des laboratoires pharmaceutiques capables de créer des molécules en 3 fois moins de temps qu’actuellement grâce justement à l’IA et aux algorithmes, grâce à la réduction de la durée des essais cliniques et grâce à des simulations. On aura également des systèmes d’assistance au diagnostic applicables à 80 % des maladies, permettant aux médecins de passer plus de temps avec le patient.

« La France peut être leader mondial de l’IA en santé à l’horizon 2030 » 

Comment voyez-vous la France évoluer dans cet écosystème ? 

La France peut devenir un des leaders internationaux de l’IA en santé, et une locomotive européenne. Il faut pour cela que la montée en puissance du secteur soit bien orchestrée et avec les bons investissements.

La France peut devenir un des leaders internationaux de l’IA en santé, et une locomotive européenne. Il faut pour cela que la montée en puissance du secteur soit bien orchestrée et avec les bons investissements.L’avantage concurrentiel majeur de la France par rapport aux autres pays c’est la base de données de la Sécurité sociale, qui est la plus grande base de données non biaisée au monde. Il y a des bases de données aussi grandes aux États-Unis mais elles appartiennent à des mutuelles privées et par conséquent elles sont biaisées, car les données sont celles de patients riches et en bonne santé, et ne concernent pas toute la population.

La France peut être leader mondial de l’IA en santé à l’horizon 2030, voire 2025, si on exploite bien cet avantage stratégique. Le Health Data Hub est une des réponses : il s’agit de créer un cadre pour que les acteurs puissent accéder et utiliser cette donnée.  

Damien Gromier
Fiche n° 3983, créée le 09/09/19 à 11:06 - MàJ le 09/09/19 à 11:16

Damien Gromier



Parcours Depuis Jusqu'à
AI for Health
Fondateur 2018 Aujourd'hui
2018 Aujourd'hui
AI for Good
Fondateur 2018 Aujourd'hui
2018 Aujourd'hui
FRance is AI
Fondateur 2017 Aujourd'hui
2017 Aujourd'hui
Startup inside
Fondateur 2016 Aujourd'hui
2016 Aujourd'hui

Damien Gromier, fondateur en 2016 de Startup Inside, a créé France is AI, AI for Good, puis en 2018 AI for Health, qui rassemble les acteurs de l’IA et de la santé.


Startup inside
Fiche n° 3328, créée le 09/09/19 à 11:17 - MàJ le 09/09/19 à 11:18

Startup inside

Startup Inside, créée en 2016 par Damien Gromier, s’attache à diffuser la culture et les méthodes des startup parmi les entreprises et les organisations du monde entier.


  • Catégorie : Start up/Pôles/Incubateurs


Janssen
Fiche n° 27, créée le 11/04/16 à 11:26 - MàJ le 02/06/16 à 12:05

Janssen

■ Fondée en 1953 par le docteur Paul Janssen
■ Compagnie pharmaceutique belge filiale de Johnson&Johnson
■ Filiale française dirigée par Emmanuelle Quilès


  • Catégorie : Industrie
  • Budget/CA : + de 150M euro
  • Effectif : Plus de 2000
  • Zone(s) d'activité : France



Janssen
1 Rue Camille Desmoulins
92130 Issy-les-Moulineaux - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1