Début

Standardisation des données : « L’intérêt général n’est pas l’apanage de l'État »(Alexis Thual, Arkhn)

Paris - Publié le vendredi 25 janvier 2019 à 17 h 52 - n° 8084 « Une preuve de notre réussite serait la disparition de notre organisation, commente Alexis ThualAlexis Thual, président et fondateur d'ArkhnArkhnArkhn, une organisation à but non lucratif créée en 2018 qui produit des solutions open source dans l’optique de standardiser les données de santé pour les établissements de soins. Nous partons du principe que l’intérêt général n’est pas l’apanage de l'État. »

Le jeune entrepreneur précise que l’objectif de son association (loi 1901) n’est en effet pas le profit mais la mise à disposition de la technologie conçue par son équipe aux hôpitaux, et ce de manière désintéressée. Une approche originale dans le secteur, « pas toujours simple à expliquer à nos partenaires potentiels, globalement intéressés mais quelque peu méfiants » face à ce nouveau venu sur le marché, explique Alexis Thual, qui revient pour Health & Tech Intelligence sur la particularité d’Arkhn, les freins rencontrés par l’ONG pour déployer ses solutions et ses ambitions pour les mois à venir.
Alexis Thual a été diplômé de l'École polytechnique en 2018. - © Arkhn
Alexis Thual a été diplômé de l'École polytechnique en 2018. - © Arkhn

Le code d’Arkhn est accessible et modifiable en ligne

Pourquoi avoir choisi de former une organisation à but non lucratif et non une société « classique » ?

Alexis Thual, président d’Arkhn - © Arkhn Alexis Thual : Par conviction et pragmatisme. Par conviction car nous partons du principe que l’intérêt général n’est pas l’apanage de l'État. Par pragmatisme car nous nous sommes aperçus que nous étions plutôt bien reçus par les hôpitaux, assez réticents à l’idée de faire appel à des grands groupes privés.

Combien de temps faut-il pour déployer votre solution au sein d’un établissement ?

  • L’une de nos stratégies est d’ajouter des logiciels de standardisation au fur et à mesure via une plateforme unique, sur la base du dossier patient informatisé (DPI) existant : le déploiement prend ici très peu de temps, environ deux jours. C’est ce format que nous privilégions actuellement.
  • L’autre option est de mettre en place un système de standardisation complet dès le départ : il faut dans ce cas compter quelques semaines de déploiement.

Quand pensez-vous pouvoir lancer sur le marché votre solution ?

Nous sommes bien reçu par les établissements mais ils manquent de ressources et ne prennent pas vraiment le temps de se consacrer à notre projet.Cela dépend moins de nous que des établissements de soins. Tout le code que nous avons établi est visible, accessible et modifiable en ligne. Les hôpitaux peuvent voir ce que l’on fait et exploiter notre technologie. Le problème c’est que nous sommes sur le même schéma que la recherche publique, notre déploiement prend du temps en raison d’un manque de moyens suffisants.

Nous sommes bien reçus par les établissements mais ils manquent de ressources et ne prennent pas vraiment le temps de se consacrer à notre projet. C’est là tout le paradoxe. Ils achètent des solutions provenant d’entreprises avec un objectif pécuniaire plusieurs millions d’euros mais qui s’avèrent décevantes alors que notre produit est bien en dessous de la valeur du marché, aux alentours de 25 000 euros. Ils sont réceptifs à notre idée mais le fait d'être beaucoup moins chers leur laissent penser que notre logiciel a moins de valeur ou qu’il y a une affaire de lobby politique ou autre derrière.

Le fait que nous soyons assez jeunes jouent aussi sûrement en notre défaveur, nous avons moins de légitimé à leurs yeux. C’est dommage car en matière de coding, nous sommes à la pointe justement parce que notre formation est récente.

Avez-vous déjà signé des partenariats avec des établissements ?

Ce n’est pas encore officiel mais oui, nous sommes en contact avec plusieurs établissements, de grande ampleur mais aussi des sites de taille plus réduite.

Quels sont les premiers retours des premiers testeurs potentiels ?

Nous n’avons pas encore de retours d’utilisateurs. Nous sommes obligés de faire nous-mêmes la démonstration de l’efficacité de notre solution. Cela ne pose pas de problèmes aux hôpitaux mais pour nous, en termes d’intégrité, cela nous dérange d'être à la fois producteurs et testeurs.

Une association comme développeur : un modèle inédit dans le secteur

Vous êtes une association, donc sans business modèle, mais vous évoquiez cependant le coût de votre logiciel de standardisation des données…

Si les hôpitaux se sentent capables d'installer aux-mêmes notre logiciel, cela nous convient parfaitement.Oui, car deux cas de figure peuvent se présenter. Tout notre code est en ligne. Cela signifie que si les hôpitaux se sentent capables d’installer aux-mêmes notre logiciel pour standardiser leurs données, ils le peuvent et cela nous convient parfaitement.

Cependant, s’ils ne disposent pas des capacités techniques pour le faire, nous nous proposons de le faire pour eux moyennant une somme d’argent raisonnable. Cette deuxième configuration semble la plus en cohérence avec le secteur.

Comment vous financez-vous ?

Équipe d’Arkhn, de gauche à droite et de haut en bas : Théo, Charlotte, Corneliu, Alexis et Emeric - © Arkhn Arkhn vit par le biais de levées de dons provenant de fondations ou en répondant à des appels d’offres.

Nous essayons également de nous rapprocher des groupes pharmaceutiques en leur proposant de standardiser les données relatives aux achats de produits pharma réalisés par les hôpitaux. Nous leur expliquons qu’ils ont tout à gagner en ayant accès à ce genre de connaissances et en étant partenaires d’Arkhn dès le départ. Mais ils ont assez réticents. Nous ne comprenons pas vraiment pourquoi car nous sommes convaincus que cette standardisation pourrait réellement être un plus pour eux face à la concurrence.

En ce qui concerne notre rémunération, moi, par exemple, je réserve une journée entière de la semaine à mes projets freelance en coding pour avoir une entrée d’argent régulière.

Quelles sont les ambitions d’Arkhn pour les années à venir ?

Une preuve de notre réussite serait la disparition de notre organisation. Ce que nous souhaitons c’est offrir notre expertise aux établissements de santé et qu’ils deviennent autonomes avec notre outil, qu’ils n’aient plus besoin de nous.

Alexis Thual
Fiche n° 3535, créée le 25/01/19 à 17:32 - MàJ le 25/01/19 à 17:38

Alexis Thual



Parcours Depuis Jusqu'à
Arkhn
Co-fondateur
- -
Ecole normale supérieure
Stagiaire - Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique d'Ulm (LSCP) Avril 2018 à Août 2018
Avril 2018 Août 2018
Palantir Technologies
Stagiaire ingénieur - Londres Avril 2017 à Septembre 2017
Avril 2017 Septembre 2017
Ecole Polytechnique
Consultant Company Name Consultant - XProjets, junior entreprise de l'École polytechnique Avril 2015 à Octobre 2016
Avril 2015 Octobre 2016
Wayatrip - Shanghai, China
Développeur logiciel Juin 2016 à Août 2016
Juin 2016 Août 2016

• Diplômé de l'École polytechnique : ingénieur polytechnicien, computer science (2014-2018)
• Diplômé de l'École normale supérieure de Cachan, master 2 en mathématiques, vision et apprentissage (MVA)


Arkhn
Fiche n° 2954, créée le 13/12/18 à 02:38 - MàJ le 13/12/18 à 14:39

Arkhn

Activité : organisation à but non lucratif qui produit des solutions open source afin de standardiser les données de santé.
Création : 2018
Siège : Paris
Équipe : Alexis Thual, Charlotte Lang, Théo Ryffel, Emeric Lemaire et Adrien Cantérot


  • Catégorie : Start up/Pôles/Incubateurs
  • Effectif : Moins de 10



Arkhn
9, rue d'Alexandrie
75002 Paris - FRANCE
Téléphone : +33 6 37 09 56 20
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1