Début

H&T SUMMIT 2018 : repenser le système de soins en améliorant la qualité ressentie par le patient

Paris - Publié le samedi 2 février 2019 à  9 h 14 - n° 7964 Health&Tech Intelligence et le Cercle Numérique et santé ont organisé leur 2eme conférence internationale le 18 décembre 2018 à l’Institut Imagine (Paris). H&TI vous propose une synthèse des principales tables rondes et des entretiens avec les intervenants.

La table ronde « what value means for health systems », dont les interventions étaient modérées par David BatesDavid BatesDavid Bates, professeur à Harvard (« health policy and management »), a lancé le débat de la journée Health & Tech For People en posant les fondamentaux.

Pour tous les intervenants - Francesca ColomboFrancesca ColomboFrancesca Colombo responsable de la division « santé » de l'OCDEOrganisation de coopération et de développement économiqueOrganisation de coopération et de développement économique, Vanessa CandeiasVanessa CandeiasVanessa Candeias, responsable de l’initiative mondiale pour la santé et des systèmes de santé du Forum économique mondial, et David BlumenthalDavid BlumenthalDavid Blumenthal, président du Fonds du CommonwealthThe Commonwealth FundThe Commonwealth Fund - , les pressions actuelles exercées sur l’industrie - vieillissement, pathologies chroniques, coûts - obligent à repenser les systèmes de santé. Selon eux, cette évolution ne doit pas se faire uniquement en cherchant à réaliser des économies mais aussi en améliorant la qualité de l’offre de soins, en particulier celle ressentie par le patient.

Cette démarche est en train de devenir internationale, même dans les systèmes de santé à couverture universelle, note David Blumenthal, indiquant qu’elle est complexe, y compris dans des pays avec une gouvernance centralisée du système.
David Bates est professeur à l'université Havard. - © Harvard

Cette évolution vers une recherche de la qualité implique de relever les défis suivants :

  • recueillir des indicateurs de résultats, en particulier sur les soins primaires, auprès des patients âgés atteints de maladies chroniques essentiellement suivis en ville, 70 % des coûts étant externes à l’hôpital selon David Bates, et des patients en général (qualité vue du patient). Ces types de collecte de données sont complexes. Peu d’indicateurs existent et les informations sont difficiles à capter ;
  • établir une cohérence des informations recueillies, une tâche difficile car il existe :
    • une fragmentation des parcours (primaire, hôpital mais aussi social) ;
    • des différences dans les processus et les parcours, les indicateurs étant par ailleurs différents en fonction des pays ;
    • des différences d’évaluation par les patients selon les contextes (pays, social…) des conditions de bien-être ou de bonne santé (les indicateurs cliniques purs sont plus convergents) ;
  • faire évoluer les habitudes des professionnels de santé : peu enclins au recueil d’indicateurs, ils peuvent être incités à récolter des informations mais pas obligés, note David Blumenthal. Ils n’ont pas été formés pour cela (autonomie, management des pratiques…) ;
  • évaluer les pratiques, 20 % de gâchis étant identifié dans les pratiques et les traitements, indique Francesca Colombo, de l’OCDE ;
  • essayer de comprendre et de faire disparaitre les grandes différences entre pays. Les coûts peuvent être très différents d’un pays à l’autre, comme c’est par exemple le cas entre l’Allemagne et la France (OCDE) ;
  • identifier qui est l’expert (voice and choice), ce qui implique une gestion différente des indicateurs :
    • soit c’est le professionnel de santé qui propose un recueil des informations ;
    • soit c’est le patient qui connait sa pathologie et exprime ses besoins.

Les indicateurs doivent être pertinents et mesurables selon David Blumenthal

David Blumenthal insiste sur l’importance du bon choix des indicateurs : ils ne doivent pas être trop nombreux, être pertinents et mesurables. Il faut mettre en place selon lui une véritable force opérationnelle (task force) pour valider ces indicateurs sans que cela soit un fardeau trop complexe pour les professionnels.

Cette évolution « VBHCVBHCValue-based health care » ne peut se faire sans des outils financiers : bundled payment (forfaits par patient, par pathologie, par épisode de soins), capitation (impôt par tête), des analyses basées sur la population (population-based) afin d’optimiser la performance.

Exemples d’initiatives portées par l’OCDE et le Forum économique mondial

Au cours de la table ronde, l’OCDE et le Forum économique mondial ont décrit des actions en cours pour accompagner la mise en place de telles organisations de santé :

  • OCDE : étude PaRISPaRISPatient Reported indicators survey. Réalisée dans 19 pays, elle porte sur l’ambulatoire et les pathologies suivantes : cancer du sein, chirurgie de la hanche et du genou, santé mentale.
    Une enquête complexe et longue, commente Francesca Colombo.

David Blumenthal souligne de son côté la difficulté d’obtenir la voix des patients. Nous ne sommes pas encore parvenu au stade dans un système co-géré par les patients, insiste-t-il.

  • Le Forum économique mondial souhaite travailler avec tous les acteurs autour de points clés identifiés : l’IT (au sens large), les modèles de financement de la santé et les mesures politiques.
    • Il a lancé deux pilotes afin de passer de la théorie à la pratique. Le premier, mené à Atlanta, est centré sur l’insuffisance cardiaque, le deuxième, mené dans l’Ontario, est axé sur le diabète.
      Dans les deux cas, les pilotes ont bien démarré, avec un fort soutien politique (maires) et des acteurs rapidement mobilisés, explique Vanessa Candeias. Il y a cependant eu un fort ralentissement du projet après un changement de maire dans les deux cas. Les porteurs de l’initiative veulent que davantage de personnes et de pays soient impliqués dans la démarche pour les prochaines années.

Entretien avec David Blumenthal (Fonds du Commonwealth)

Que signifie la valeur pour les systèmes de santé ?

Quels indicateurs utilise le Fonds du Commonwealth pour évaluer la performance d’un système de santé ?

Retrouvez l’ensemble des vidéos du H&T SUMMIT 2018 sur la chaîne YouTube Numérique & Santé by Care Insight.

David Bates
Fiche n° 3362, créée le 03/09/18 à 15:17 - MàJ le 03/09/18 à 15:22

David Bates



Parcours Depuis Jusqu'à
Harvard Medical School
Professor of Medicine
- -

David Blumenthal
Fiche n° 3361, créée le 03/09/18 à 14:51 - MàJ le 03/09/18 à 14:59

David Blumenthal



Parcours Depuis Jusqu'à
The Commonwealth Fund
President 2013 Aujourd'hui
2013 Aujourd'hui

Vanessa Candeias
Fiche n° 3360, créée le 03/09/18 à 14:39 - MàJ le 03/09/18 à 14:46

Vanessa Candeias



Parcours Depuis Jusqu'à
World Economic Forum
Head Global Health & Healthcare System Initiative Novembre 2017 Aujourd'hui
Novembre 2017 Aujourd'hui

Francesca Colombo
Fiche n° 2180, créée le 10/05/17 à 14:45 - MàJ le 02/06/17 à 14:12

Francesca Colombo



Parcours Depuis Jusqu'à
The Organisation for Economic Co-operation and Development
Head of the OECD Health Division 2012 Aujourd'hui
2012 Aujourd'hui

The Commonwealth Fund
Fiche n° 1996, créée le 17/07/17 à 12:22

The Commonwealth Fund

• Fondation à but non lucratif créée aux Etats-Unis en 1918
• Objetcifs : promouvoir un système de santé performant, avec un meilleur accès aux soins, une plus grande qualité des soins et une plus grande efficacité des soins
• Finance notamment des bourses de recherche
• Président : David Blumenthal


  • Catégorie : Autre


Fin
loader mask
1