Ramsay Générale de Santé confirme son virage ambulatoire et numérique

Paris - Publié le vendredi 15 juin 2018 à 15 h 16 - n° 6705 Le numérique, la chirurgie ambulatoire, la télémédecine et l’organisation des services d’urgences pour raccourcir les délais de prise en charge font partie des innovations mises en avant par la Ramsay Générale de SantéRamsay Générale de Santé (RGDS) lors de la conférence de presse organisée le 14 juin 2018.

Les principales initiatives du groupe et les développements à venir ont été mis en avant :
• le portail d’admission numérique pour gérer de bout en bout une hospitalisation et qui va être déployé dans 84 % des établissements de la RGDS ;
• l'affichage multicanal des temps d’admission et de passage aux urgences ;
• l’expérimentation de télémédecine menée depuis 18 mois au sein de 13 services d’urgences des établissements RGDS en région Île-de-France ;
• la réorganisation des services d'urgences.

Les initiatives innovantes ont du mal à trouver leur chemin au sein du système de santé car les financements actuels sont dédiés aux parcours de soins et formes de prises en charges formalisés. La priorité selon lui est de « sortir de l’impasse financière ».

Concernant les actions futures, Pascal RochéPascal Roché, directeur général de RGDS, a fait savoir que comme le reste de acteurs de la santé, la RGDS était en suspens des annonces du Président de la République prévues « à l'été 2018 » et du ministère de la Santé, mais qu’elle comptait exploiter les possibilités de financement de l’Article 51.
© D.R.
© D.R.

Le numérique - une priorité au bénéfice du patient

Portail patients : 30 % des admissions se font via le portail

Olivier Tarneaud, directeur marketing et digital, a présenté le portail patient Ramsay Services lancé en juin 2017 qui rend possible un parcours de soin numérique de bout en bout et déployé au sein de 12 établissements pilotes. Au cours de l'été 2018, le portail sera déployé dans plusieurs dizaines d'établissements et le taux d’admission en ligne visé pour fin 2018 est de 50 %.

Il accompagne les patients avant, pendant et après l’hospitalisation avec les fonctionnalités suivantes :

  • création de compte et inscription/admission en ligne ;
  • choix hôtelier ;
  • prise en charge mutuelle (calcul du reste à charge) ;
  • contractualisation de services à l’hôpital ;
  • demande de services d’accompagnement ;
  • conseils pratiques ;
  • délivrance d’un pass sous forme de QR code ;
  • questionnaires de satisfaction.

Deux nouvelles fonctionnalités disponibles depuis peu ont été ajoutées : la signature électronique de l’ensemble des documents par les patients, avec un taux d’utilisation de 45 % et le paiement en ligne.

Le portail est également accessible via l'application RGDS qui propose les fonctionnalités suivantes :

  • faire son admission ;
  • trouver un service d’urgences ;
  • trouver un médecin ;
  • trouver un établissement.

Télémédecine

Pour lutter contre la pathologie constituant la première cause de handicap en France, à savoir l’AVC, la RGDS a lancé une expérimentation il y a un an et demi à l’Hôpital privé d’Antony, pilote du projet. En mars 2018, Ramsay Générale de Santé a généralisé cette expérimentation dans ses 13 services d’urgences en région Île-de-France en partenariat avec l’Outil Régional de Télémédecine en Ile-de-France (ORTIF) qui permet de mettre en lien les urgentistes avec les équipes d'unités neurovasculaires.

Le Dr Philippe SouchoisPhilippe Souchois, directeur des opérations adjoint, a rappelé que le prérequis à la réussite de ce projet résidait dans la coordination des professionnels de santé et la constitution d'équipes pluridisciplinaires.

Concernant la poursuite du projet, le Dr Philippe Souchois annonçait :

  • avant l'été ou au cours de l'été 2018, le lancement d’une application Ortif pour smartphone ;
  • un élargissement de la télémédecine, et surtout de la téléconsultation et de la télé-expertise, à d’autres spécialités comme la radiologie avec un pilote dans la clinique Maussins du 19e arrondissement de Paris ; les urgences en psychiatrie sont également une priorité, suivies par la télé-expertise en soins de suite et de réadaptation ; certaines réunions de concertation pluridisciplinaires ont déjà lieu via l’outil ORTIF ; la cancérologie dermatologique, déjà en place à l’Hôpital Paul d'Égine ; enfin des discussion sont en cours avec un opérateur d’Ehpad pour la gériatrie.

La priorité aujourd’hui reste la création d’un réseau de professionnels entre les différents établissements de la RGDS en vue de la généralisation du dispositif à l’ensemble des établissement du groupe.

Application mobile pour suivre les délais d’admission en urgences et les temps de passage

  Délai d’attente RGDS - © RGDS

Le groupe a décidé de communiquer en toute transparence sur les délais d’attente en service d’urgences pur répondre à une demande forte des patients.

Le groupe a décidé de franchir le cap s’obligeant à améliorer les indicateurs qui y sont associés : de bons processus d’organisation et une pratique médicale optimale.

Le groupe a pris le parti d’afficher le temps d’attente entre l’admission et le 1er contact avec un soignant dans 20 de ses établissements.

Fin 2017, le groupe est allé plus loin en affichant également le temps moyen passé aux urgences qui représente le délai entre l’admission et la sortie des urgences. Actuellement, 11 services d’urgences diffusent le temps de passage.

Ces informations font l’objet d’une diffusion multicanale : site internet de l'établissement, l'écran de la salle d’attente, application mobile.

L’ambulatoire bien inscrit dans la stratégie du groupe

L’ouverture d’un établissement en avril 2018 reposant sur un modèle hospitalier basé sur l’ambulatoire est l’initiative la plus illustre de la stratégie du Groupe dans le champs de l’ambulatoire.

L'Hôpital privé Dijon Bourgogne est un établissement récemment inauguré qui a nécessité un investissement de 70 millions d’euros. Il est entièrement pensé autour d’un parcours du patient en ambulatoire. En 2018, ce sont 67 % d’actes chirurgicaux qui sont effectués en ambulatoire (52 % pour la moyenne nationale 2017).

La Clinique Monticelli-Vélodrome du groupe, spécialisée en chirurgie ophtalmologique et orthopédique affiche un taux de chirurgie ambulatoire de 94,4 %.

Une batterie d’outils communs à l’ensemble des établissements du groupe existe :

  • le dossier patient commun qui est maintenant informatisé ;
  • le « passeport ambu' » remis au patient ;
  • le système informatique dédié au parcours de soins en ambulatoire notamment dans la phase post-opératoire.

Les axes de développement concernant le volet ambulatoire de la RGDS sont :

  • progression du taux dans toutes les activités et traitement de pathologies de plus en plus lourdes en ambulatoire ;
  • développement de la récupération rapide/améliorée après chirurgie ;
  • développement de services proposés aux patients via le portail Ramsay Services, notamment pour sécuriser le retour au domicile.

La prise en charge de la douleur est au cœur des préoccupations du groupe et le Dr Philipe Souchois a annoncé à ce titre des publications à venir.

Innovation organisationnelle des services d’urgences

Afin de faire face à un nombre grandissant de patients accueillis au sein du service des urgences de l’hôpital de l’Ouest Parisien à Trappes - en moyenne 50 000 personnes par an - et notamment assurer une prise en charge des patients qui se présente au service tout en ne nécessitant pas des soins immédiats, Ramsay Générale de Santé a réfléchi à une organisation innovante qui repose sur l’optimisation de la gestion des flux.

Romain M’Bow Wolny, médecin urgentiste de l’hôpital de l’Ouest Parisien à Trappes, a insisté sur le levier organisationnel dont l'objectif principal consiste à maîtriser les flux, qui vient compléter une réorganisation de l’infrastructure fondée sur le principe de la « marche en avant ».

L'établissement a notamment mis en place :

  • un protocole de prise en charge avec prise de sang et examens effectués dès l’accueil pour une certain nombre de consultations ;
  • un parcours post-urgences avec des consultations à effectuer dans le jours suivant la présentation du patient au service d’urgences ;
  • sectorisation de l’activité en fonction du motif de consultation avec des équipes dédiées.

Le financement est le ressort de la percée de l’innovation

Parce que les urgences doivent rester réservées au vital, Pascal Roché a déclaré que la RGDS croit beaucoup en fonction des besoins à d’autres formes d’organisation adaptée. Il cite l’existence de 7 accueils non programmés, des services qui accueillent des patients entre 8h et 22h, week-end compris, avec sur place des services de biologie ou d’imagerie pour répondre à un besoin réel au sein des hôpitaux ancrés dans des territoires avec des besoins spécifiques.

Il soulignait à ce titre la difficulté de mise en œuvre de l’innovation organisationnelle en déclarant l'absence de financement pour ce genre de structure : « tout ce qui n’est pas tarifé n’existe pas aux yeux de l’assurance maladie ». 

Fiche n° 24, créée le 11/04/16 à 11:22

Ramsay Générale de Santé

■ Création en 1987
■ Revendique être le premier groupe français d’hospitalisation privée
■ La Générale de Santé est spécialisée dans la médecine et chirurgie obstétrique ainsi que les soins de suite et réadaptation
■ Composé de 124 établissements et centres et traite toutes les pathologies en Médecine Chirurgie Obstétrique, Soins de Suite et de Réadaptation et Santé mentale
■ CA : 2,227Mds € (2015)


  • Catégorie : Professionnels de santé
  • Budget/CA : + de 150M euro
  • Effectif : Plus de 2000


Fiche n° 454, créée le 20/05/16 à 15:19 - MàJ le 12/06/17 à 10:07

Pascal Roché



Parcours Depuis Jusqu'à
Ramsay Générale de Santé
PDG Juin 2011 Aujourd'hui
Juin 2011 Aujourd'hui
Barclays
PDG France 2002 à 2011
2002 2011
Axa
Directeur général adjoint d’Axa France Services puis Directeur des fonctions centrales et membre du comité exécutif d’Axa France 2000 à 2002
2000 2002

Depuis Juin 2011, Pascal Roché est Directeur général du Groupe Générale de Santé .


loader mask
1