PHW18 : P-A-D, une solution de gestion des prélèvements à domicile en pleine évolution

Paris - Publié le lundi 4 juin 2018 à 10 h 14 - n° 6584 A l’occasion de la Paris Healthcare Week 2018, Health & Tech Intelligence a rencontré Serge PayeurSerge Payeur, CEO et co-fondateur de SIL-LAB ExpertsSIL-LAB Experts.

Serge Payeur a été interrogé à propos de la solution P-A-D, application conçue par SIL-LAB Experts pour faciliter la gestion des prélèvements à domicile en pleine évolution.
DR - © D.R.
DR - © D.R.

Qu’est-ce que P-A-D ?

Cette application mobile digitalise la feuille de prélèvement en une sorte de petit dossier personnalisé, accessible au domicile du patient et connecté aux laboratoires

P-A-D est une application téléchargeable sur smartphone et sur tablette, qui permet :

  • de connecter les infirmiers aux laboratoires d’analyses médicales pour l’analyse de prélèvements réalisés au domicile du patient ;
  • de gérer le dossier de prélèvement biologique des patients.

Autrement dit, cette application mobile digitalise la feuille de prélèvement en une sorte de petit dossier personnalisé, accessible au domicile du patient et connecté aux laboratoires.

A qui s’adresse cette application ? Dans quel but a-t-elle été conçue ?

Cette application s’adresse aux infirmiers d’une part et aux laboratoires d’analyses médicales d’autre part, soit aux professionnels et structures impliqués dans la gestion des prélèvements à domicile.

En effet, effectuer un prélèvement à l’extérieur d’un laboratoire d’analyse est un acte fastidieux dans la mesure où il s’accompagne d’une grande charge administrative (de nombreux éléments tels que la date et l’heure du prélèvement, l’identité du préleveur, etc. doivent être renseignés sur la feuille de prélèvement) qui complique et ralentit l’analyse du prélèvement, et donc la prise en charge thérapeutique du patient (de nombreux traitements sont adaptés en fonction des résultats des analyses).

Nous souhaitons permettre à l'infirmier, via P-A-D, de gagner du temps et d'éviter de saisir des erreurs.

Ainsi, en proposant à l’infirmier de nombreuses fonctionnalités (par exemple, il peut renseigner toutes les informations du patient en flashant un « QR Code » d’une de ses cartes de fidélité, photographier l’ordonnance, scanner les codes-barres des tubes prélevés, éviter d'écrire lui-même la date et l’heure du prélèvement : toute la feuille de prélèvement peut être renseignée automatiquement) qui lui évitent d’avoir à écrire manuellement au cours du prélèvement, nous souhaitons permettre à l’infirmier, via P-A-D, de gagner du temps et d'éviter de saisir des erreurs.

Concernant les laboratoires, P-A-D remplit les objectifs que nous nous étions fixés : éviter la non-conformité du prélèvement et gagner du temps. En effet, l’application permet d'éviter 97 % des non-conformités, souvent liées à une saisie erronée de la date et de l’heure du prélèvement, de l’identité du préleveur, à un mauvais ordre de prélèvement des tubes, à des pertes de prélèvements (P-A-D rend ces pertes plus visibles), à une mauvaise traçabilité des prélèvements. De plus, l’application permet un gain de temps, estimé à 2h en phase pré-analytique et à 1h en phase analytique.

Cette solution est-elle déjà utilisée ? 

Oui : en fait, la solution P-A-D est commercialisée depuis deux ans et demi.

1 500 infirmiers libéraux l’utilisent dans toute la France (métropolitaine et outre-mer), ainsi que quelques préleveurs salariés.

Ainsi, l’application permet d’aider à la gestion des prélèvements de plus de 500 000 patients.

1 500 infirmiers libéraux l'utilisent dans toute la France (métropolitaine et outre-mer), ainsi que quelques préleveurs salariés.

Nous pensons que ce chiffre est amené à grossir : notre start-up connait 10-12 % de croissance chaque mois et l’agence de notation EARLY Metrix a élu SIL-LAB première start-up contribuant à l’amélioration du parcours de soins en France.

P-A-D est un outil qui semble évoluer rapidement. Toutes les modifications ajoutées à l’application sont-elles testées ?

P-A-D continue en effet d'évoluer grâce à une étroite collaboration entre développeurs et utilisateurs.

A chaque nouvelle version de l'application, les retours des utilisateurs - infirmiers ou laboratoires d'analyses médicales - sont pris en compte par les développeurs.

A chaque nouvelle version de l’application, les retours des utilisateurs - infirmiers ou laboratoires d’analyses médicales - sont pris en compte par les développeurs. Ces derniers soumettent alors une version bêta de l’application à un échantillon d’utilisateurs (généralement des infirmiers passionnés par les nouvelles technologies) volontaires pour tester cette version bêta. Si cette nouvelle version est validée par eux, alors elle est généralisée, mise à disposition de l’ensemble des utilisateurs, qui élaborent alors des commentaires à propos de cette version actualisée pour les développeurs, qui amènent d’autres modifications, etc. C’est un cycle d'échanges entre développeurs et utilisateurs qui fait évoluer P-A-D.

Par ailleurs, pour estimer l’impact de notre application sur les pratiques et le parcours de soins, nous prenons en compte tous les retours qui nous sont faits au lieu de fonder nos analyses statistiques sur quelques laboratoires ou infirmiers pilotes. 

Pouvez-vous nous parler des récentes évolutions de l’application ?

Une évolution importante a été d’ajouter à l’application une fonctionnalité d’aide à la gestion des accidents d’exposition au sang (AES). En effet, nous nous somme aperçus que de nombreux préleveurs ne savaient pas bien réagir lors de ces situations particulières et fréquentes. Aussi, nous avons ajouté une fonctionnalité indiquant au préleveur la procédure à suivre en cas d’AES. L’information de la survenue d’un AES entre un infirmier donné et un patient donné est par ailleurs transmise au laboratoire, qui informe l’infirmier de la nécessité éventuelle d’une prise en charge en urgence.

Nous déployons en ce moment notre application dans des cliniques d'Ile-de-France et espérons conclure, à l'avenir, des partenariats avec de nombreuses autres cliniques.

En outre, nous déployons en ce moment notre application dans des cliniques d’Ile-de-France et espérons conclure, à l’avenir, des partenariats avec de nombreuses autres cliniques. 

Nous souhaitons également initier des collaborations avec des fournisseurs de tubes connectés, facilement traçables.

La plus grande évolution qu’il nous tient à coeur de mettre en place et à laquelle nous travaillons intensément, est de connecter à notre application des lecteurs de type DMDIV (dispositifs médicaux de diagnostic in vitro) qui ont déjà fait leurs preuves en milieu hospitalier. Ces lecteurs, comme le lecteur Labpad d’Avalun, permettent en particulier de faciliter le calcul de l’INR (dosage et calcul sont réalisés en 40 secondes, directement transmis au laboratoire puis au médecin), et ainsi d'éviter des pertes de temps, de raccourcir le parcours de soins.

Quel modèle économique soutient cette application et ces DMDIV ?

Concernant l’application, le modèle financier est un modèle SaaS (Software as a Service) qui ne nécessite aucun investissement du Laboratoire de Biologie Médicale. Notez que les données sont hébergées par un hébergeur agréé de données de santé : les laboratoires n’ont pas à héberger eux-même les données liées à l’application. Toutefois, si le téléchargement par les infirmiers est gratuit, le laboratoire doit payer une somme en fonction du nombre de dossiers transmis par les infirmiers (si les infirmiers n’utilisent pas P-A-D et ne transmettent aucun dossier via l’application, le laboratoire n’a rien à payer).

Le modèle financier est un modèle SaaS (Software as a Service) qui ne nécessite aucun investissement du Laboratoire de Biologie Médicale.

En outre, beaucoup de questions concernant les moyens de financer les DMDIV que nous souhaitons connecter à l’application demeurent sans réponse à l’heure actuelle (qui fournit ces dispositifs ? qui paye l’analyse ? etc.).

Cependant, je peux citer un exemple concret de modèle de financement de ces dispositifs médicaux innovants ; en ce qui concerne l’utilisation de ces lecteurs dans les Ehpad, le modèle actuel est tel que : le laboratoire achète et fournit le lecteur à l’Ehpad, mais facture l’analyse du prélèvement à l’Ehpad. Des systèmes de forfaits journaliers - prenant évidemment en compte les tarifs fixés par la Sécurité sociale - peuvent par ailleurs être mis en place.

Quelles autres évolutions prévoyez-vous pour cet outil ?

Dans le futur, nous souhaiterions connecter à notre application d’autres DMDIV, tels que des DMDIV à même de doser la glycémie, la CRP, la NT-proBNP.

Une véritable révolution consisterait à connecter à notre application un DMDIV capable de doser le potassium, ion peu stable et dont le dosage est de ce fait encore aujourd’hui très contraignant.

Nous sommes cependant prudents.

Dans le futur, nous souhaiterions connecter à notre application d'autres DMDIV, tels que des DMDIV à même de doser la glycémie, la CRP, la pro-BNP.

Conscients que l’automatisation de la gestion des prélèvements permise par notre application est mal vue, crainte par certains personnels de laboratoires d’analyses médicales, nous accompagnons les équipes vers cette transition.

Dans ce même soucis, nous nous refusons à ajouter certaines extensions à l’application : nous ne soutenons pas une Uberisation du système de santé !

Fiche n° 3195, créée le 31/05/18 à 14:40 - MàJ le 31/05/18 à 14:53

Serge Payeur



Parcours Depuis Jusqu'à
SIL-Lab Innovations
Co-founder Décembre 2014 Aujourd'hui
Décembre 2014 Aujourd'hui
SIL-Lab Experts
CEO Avril 2013 Aujourd'hui
Avril 2013 Aujourd'hui
AIFE
Senior Manager Accenture 2001 à 2007
2001 2007
Stevens Institute of Technology
Détenteur d'un master II 1994 à 1995
1994 1995
Ecole pour l'Informatique et les Techniques Avancées
Diplômé 1989 à 1994
1989 1994

- co-fondateur de SIL-Lab Innovations
- Président de SIL-Lab Experts
- porteur de la solition digitale P-A-D, application destinée à faciliter la gestion des prélèvements à domicile

Fiche n° 2652, créée le 31/05/18 à 02:57 - MàJ le 31/05/18 à 14:59

SIL-LAB Experts

- CEO : Serge Payeur
- start-up fondée en 2013
- spécialisée dans l'édition de logiciels applicatifs
- à l’origine de la commercialisation de P-A-D, solution de gestion de prélèvements à domicile


  • Catégorie : Start up/Pôles/Incubateurs
  • Budget/CA : - de 300K
  • Effectif : Moins de 10


SIL-LAB Experts
22, rue Gustave Eiffel
78300 Poissy - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

loader mask
1