Début

AVC : chiffres et acteurs clés ; les start-ups tech spécialisées ; les études publiées sur le sujet

Paris - Publié le mercredi 30 octobre 2019 à  9 h 10 - n° 3630 Dans le contexte de la journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVCAVCAccident Vasculaire Cérébral), qui a eu lieu le 29 octobre 2019, Health & Tech Intelligence présente un indicateur sur cette maladie cardio-neurovasculaire qui touche une personne toutes les 4 minutes en France (InsermInsermInserm).

Dans le traitement de l’accident vasculaire cérébral, le premier facteur déterminant sera le délai de prise en charge : plus le patient est pris en charge rapidement après les premiers symptômes, moins il a de risque de développer des complications, des séquelles ou de décéder. Ainsi, la télémédecine joue aujourd’hui un rôle important dans ce domaine, au service de la réduction des risques de séquelles et de décès. À noter par ailleurs le développement de la thrombectomie, une alternative à la prise en charge qui consiste à retirer par voie endovasculaire, à l’aide d’un stent, le caillot qui bouche l’artère cérébrale pour rétablir la circulation sanguine. Cette technique a été validée par la Haute autorité de santéHaute Autorité de SantéHaute Autorité de Santé (HAS) en 2017.

Dans cet état des lieux de l’AVC, H&TI présente :

• un focus sur les chiffres clés : chiffres généraux, typologie, prévalence selon l'âge et le sexe, prévalence géographie, prévalence des séquelles… ;
• les médicaments les plus prescrits et leur remboursement ;
• les start-ups e-santé françaises spécialisées dans l’AVC ;
• les acteurs clés ;
• les études majeures traitées par H&TI dans le domaine de la e-santé appliquée à l’AVC.
© D.R.
© D.R.

Les AVC : une typologie

C’est l’infarctus ischémique (ou infarctus cérébral) qui constitue la majorité des AVC en France, représentant entre 80 à 85 % des AVC selon l’Inserm.

Les Accidents Vasculaires Cérébraux : une typologie

Les Accidents Vasculaires Cérébraux : une typologie

  •  L’AVC ischémique (ou infarctus cérébral)
    Description L’artère est bouchée par :
    - une plaque riche en cholestérol (athérosclérose), on parle de thrombose cérébrale (40 à 50 % des AVC),
    - un caillot de sang, venu obstruer l’artère, il s’agit alors d’une embolie cérébrale
    (30 % des AVC).
    Complications éventuelles et séquelles Complications comme infection ou œdèmes cérébraux.
    Les séquelles sont potentiellement les troubles du langage (aphasie), paralysie d’une partie du corps (hémiplégie), crises d'épilepsie, dépression, troubles de l’humeur, démence.
    Facteurs de risques Obésité, diabète, hypertension, excès de cholestérol, tabagisme, alcool
  •  L’AVC hémorragique
    Description Il est dû le plus souvent à une rupture d’anévrisme. Les tumeurs, les crises d’hypertension et divers troubles de la coagulation peuvent eux aussi entraîner des hémorragies cérébrales. (20 % des cas)
    Complications éventuelles et séquelles Complications comme infection ou œdèmes cérébraux.
    Les séquelles sont potentiellement les troubles du langage (aphasie), paralysie d’une partie du corps (hémiplégie), crises d'épilepsie, dépression, troubles de l’humeur, démence.
    Facteurs de risques Obésité, diabète, hypertension, excès de cholestérol, tabagisme, alcool
  •  L’Accident Ischémique Transitoire (AIT)
    Description Lorsque l’obstruction de l’artère cérébrale se résorbe d’elle-même et ne provoque pas de séquelle, on parle d’accident ischémique transitoire. Ses symptômes sont les mêmes que l’AVC, mais ils durent de quelques secondes à quelques minutes avant le retour à la normale. L’AIT peut donc passer inaperçu et être confondu avec un simple malaise. Il signale pourtant un risque important d’AVC plus grave
    Complications éventuelles et séquelles Complications comme infection ou œdèmes cérébraux.
    Les séquelles sont potentiellement les troubles du langage (aphasie), paralysie d’une partie du corps (hémiplégie), crises d'épilepsie, dépression, troubles de l’humeur, démence.
    Facteurs de risques Obésité, diabète, hypertension, excès de cholestérol, tabagisme, alcool

Source(s) : social-sante.gouv.fr

Graphique - © Inserm

AVC : Chiffres clés

Une maladie fréquente :

  • 530 000 patients en France (0,8 % de la population) ;
  • 150 000 nouveaux cas par an, soit 1 AVC toutes les 4 minutes.

Mortelle :

  • 1ère cause de décès chez la femme ;
  • 3ième cause de décès chez l’homme ;
  • 15 à 20 % de décès dans le 1er mois ;
  • 60 % de décès à 3 ans.

Handicapante :

  • 1ère cause de handicap acquis : 75 % des survivants ont des séquelles, dont 25 % sont institutionnalisés ;
  • 2ième cause de démence.

Récidivante :

  • 10 % de récidive dans l’année suivant l’AVC ;
  • 30 % de récidive dans les 5 ans suivant l’AVC.

L'âge médian des victimes d’AVC est 77 ans : 25 % des victimes ont moins de 55 ans et 22 % ont plus de 85 ans.

État des lieux : 2016 vs 2011

  • un temps d’arrivée aux urgences similaire : 3h07 vs 3h03 ;
  • un accès à l’imagerie légèrement plus court : 1h42 vs 1h54
  • une augmentation du taux de thrombolyse (la thrombolyse consiste à désagréger par médicament les thrombus - les caillots sanguins - obstruant les vaisseaux sanguins) : 14,3 % vs 8,6 %.

L’ESSENTIEL :

Chiffres clés - © Inserm

Chiffres clés - © Inserm

La prise en charge des patients

  • UNV (unité spécialisée dans la prise en charge des AVC) : 20 à 50 % des patients ;
  • fibrinolytiques (ou thrombolyitiques : médicament utilisé pour détruire les caillots formés dans la circulation sanguine) : 5 à 10 % des patients ;
  • traitements endovasculaires : 10 à 15 % des patients

La thrombectomie, une alternative à la prise en charge

La thrombectomie mécanique consiste à retirer par voie endovasculaire, à l’aide d’un stent, le caillot qui bouche l’artère cérébrale pour rétablir la circulation sanguine. Elle doit être réalisée le plus précocement possible.

  • La technique a été validée par la Haute autorité de santé (HAS) en 2017. Elle représente une alternative à la prise en charge de l’AVC.

2 fois plus de chances d'éviter des séquelles lourdes

La thrombectomie multiplie par 2 les chances d'éviter des séquelles lourdes après un AVC ischémique lié à une obstruction d’une artère de gros calibre : 50 à 60 % des patients seront autonomes, contre 20 à 30 % après une thrombolyse intraveineuse seule.

Plusieurs études comparant la thrombolyse seule à la thrombolyse associée à la thrombectomie ont été publiées ces dernières années. Elles montrent que si la mortalité est similaire dans les 2 groupes (25 %), les résultats sont meilleures en termes de fonctionnalité, avec moins de séquelles, lorsque la thrombolyse est associée à une thrombectomie : dans ce cas de figure, 1 patient sur 3, en moyenne, vit sans séquelles neurologiques 3 mois après son AVC, contre 1 sur 5 avant l’apparition de cette innovation.

Une pratique en hausse

AVC traités par thrombectomie :

  • 2014 : 1 222 ;
  • 2015 : 2 918 (+ 140 % par rapport à 2014) ;
  • 2016 : 4 589 (+ 56 % par rapport à 2015).

Mais peu de patients peuvent en bénéficier

Les indications de la thrombectomie font que seuls 5 % des patients victimes d’AVC y sont éligibles.

  • La technique doit en effet être réalisée dans les 6 heures après le début des symptômes et seulement en cas d’occlusion d’une artère de gros calibre (1,5 à 4 mm de diamètre).
  • De plus, parce que « cette technique nécessite à la fois un geste très expert et un plateau technique de pointe, peu d’hôpitaux en France sont en capacité de la proposer à leurs patients », note la Fondation AVC.

La situation est encore plus critique dans les départements d’Outre-mer, où seule la Martinique dispose des moyens humains et matériels nécessaires pour pratiquer la thrombectomie.

Prévalence des AVC : le taux de patients hospitalisés en hausse chez les moins de 65 ans

Hospitalisations pour AVC : 2002 - 2014

  • Diminution, tout âge confondu et quel que soit le sexe : - 2,4 % pour les hommes et - 2,2 % pour les femmes ;
  • Augmentation cependant pour les moins de 65 ans : + 20 %.

Létalité (chiffres 2015) :

  • 15 % à 30 jours ;
  • 30 % à 1 an.

Selon la Fondation pour la recherche sur les AVC, on estime à environ 140 000 par an (incidence) le nombre de nouveaux cas d’AVC, soit 1 AVC toutes les 4 minutes. L’AVC constitue la 3e cause de mortalité chez l’homme et la 2e chez la femme. Dans 75 % des cas, l’AVC touche une personne de plus de 65 ans en France. À noter que les taux de patients hospitalisés pour AVC ont augmenté chez les moins de 65 ans entre 2002 et 2008.

Prévalence selon l’âge et le sexe 

Prévalence des décès par AVC dans la population en fonction de l'âge et du sexe en 2013 en France

Prévalence des décès par AVC dans la population en fonction de l'âge et du sexe en 2013 en France

Source(s) : http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/esp2017.pdf

En 2013, on compte 31 346 décès par AVC en cause initiale en France, ce qui représente 97 % des décès causés par les maladies cardio-vasculaires et 5 % des décès totaux enregistrés. 59 % des décès par AVC  concernent des femmes, soit 18 343 décès contre 13 003 décès pour les hommes (source : dernier rapport de la Drees sur l’AVC - 2017).

Prévalence géographique : des inégalités régionales 

Taux standardisé de patients hospitalisés pour accident vasculaire cérébral (tous types) tous sexes (pour 100 000 personnes) 2016

  Carte - © Santé Publique France

En 2016, les régions avec les taux les plus élevés sont : 

  • la Guyane : 235,8 pour 100 000 personnes ;
  • La Réunion : 241,1 pour 100 000 personnes ;
  • la Guadeloupe : 203 pour 100 000 personnes ;
  • La Martinique : 199 pour 100 000 personnes ;
  • les Hauts-de-France : 191,6 pour 100 000 personnes ;
  • Bretagne : 189,3 pour 100 000 personnes ;
  • Bourgogne-France-Comté : 174,7 pour 100 000 personnes ;

A l’inverse, les régions Corse (146,3 pour 100 000 personnes)  et Provence - Alpes - Côte d’Azur (148,5 pour 100 000 personnes) présentent les taux les plus bas.

Ces inégalités régionales peuvent s’expliquer par des disparités de prévalence des principaux facteurs de risque identifiés (hypertension artérielle, diabète, obésité, tabagisme…).

Prévalence des séquelles de l’AVC

Une étude de l’institut de veille sanitaire « Prévalence des accidents vasculaires cérébraux et de leurs séquelles et impact sur les activités de la vie quotidienne : apports des enquêtes déclaratives Handicap‑santé‑ménages et Handicap‑santé‑institution, 2008-2009 » publiée en 2012 établit à 1,2 % la prévalence de population ayant été victimes d’un AVC en France (771000 personnes), et à 0,8 % la prévalence de la population souffrant de séquelles suite à un AVC (505000 personnes).

En France, on dénombre chaque année plus de 140 000 nouveaux cas d’accidents vasculaires cérébraux, soit un toutes les quatre minutes. L’AVC représente la première cause de handicap physique acquis de l’adulte, la deuxième cause de démence (après la maladie d’Alzheimer) et la deuxième cause de mortalité avec 20 % des personnes qui décèdent dans l’année suivant l’AVC.

Les séquelles et risques de l’AVC :

Chiffres clés - © Inserm

Traitements et coûts associés 

Un coût de traitement faible pour la prise en charge des facteurs de risque, et élevé pour les épisodes aigus

  • Concernant le risque vasculaire, le traitement concerne une population très nombreuse, mais avec un coût unitaire faible puisque la proportion de médicaments génériques est élevée. 680 euros en moyenne ont été remboursés par patient en 2014 (dernier rapport annuel Medic’AM). 

  • Pour les épisodes aigus de maladie cardio-vasculaire (infarctus, AVC notamment), le coût par patient est beaucoup plus élevé, avec 10 400 euros en moyenne remboursés par patient en 2014 (dernier rapport annuel Medic’AM). 

De manière globale, l’AVC a coûté en 2016 environ 2,9 milliards d’euros à l’Assurance maladie (neuro cardiovasculaire : 13,4 milliards).

Médicaments les plus prescrits et leur remboursement : le laboratoire Sanofi s’impose comme leader sur le marché du traitement des AVC

Lors d’un AVC, les médicaments les plus prescrits sont les antiagrégant plaquettaire. Lors du premier semestre 2019, Kardegic 75MG PDR orale sachet 30/153,45 (Sanofi-Aventis) a été prescrit à hauteur de 13 042 351 boîtes et remboursés à hauteur de 24 189 132 euros.

Parmi les 9 médicaments les plus prescrits lors de cette période, 5 sont produits par Sanofi-Aventis.

AVC : médicaments les plus prescrits et leur remboursement

AVC : médicaments les plus prescrits et leur remboursement

Médicaments les plus prescrits et leur remboursement Médicaments les plus prescrits et leur remboursement Produit Produit Laboratoire Laboratoire Nombre de boites prescrites au S1 2019 Nombre de boites prescrites au S1 2019 Remboursements au S1 2019 en euros Remboursements au S1 2019 en euros
Antivitamines K Antivitamines K PREVISCAN 20 MG CPR SEC 30 PREVISCAN 20 MG CPR SEC 30 Laboratoire Merck Serono Laboratoire Merck Serono 2 388 805 2 388 805 6 720 878 € 6 720 878 €
Autres agents antithrombotiques Autres agents antithrombotiques ARIXTRA 2,5MG/0,5ML SOL INJ 7/0,5 ML ARIXTRA 2,5MG/0,5ML SOL INJ 7/0,5 ML Aspen Pharma Aspen Pharma 275 642 275 642 6 880 577 € 6 880 577 €
Héparines fractionnées H\1parines fractionn\1es LOVENOX 4000UI AXA/0,4ML INJ SER +S 6/0,4 ML LOVENOX 4000UI AXA/0,4ML INJ SER +S 6/0,4 ML Sanofi-Aventis Sanofi-Aventis 1 530 718 1 530 718 34 998 270 € 34 998 270 €
Héparines non fractionnées H\1parines non fractionn\1es CALCIPARINE 5000UI/0,2ML SOL INJ SER 2/0,2 ML CALCIPARINE 5000UI/0,2ML SOL INJ SER 2/0,2 ML Sanofi-Aventis Sanofi-Aventis 195 896 195 896 452 182 € 452 182 €
Inhibiteurs agrégation plaquettaire antagonistes récepteurs adenosine diphosphate Inhibiteurs agr\1gation plaquettaire antagonistes r\1cepteurs adenosine diphosphate PLAVIX 75 MG PLAQ THERMOF (PVC/PVDC/ALU) CPR 30 PLAVIX 75 MG PLAQ THERMOF (PVC/PVDC/ALU) CPR 30 Sanofi-Aventis Sanofi-Aventis 622 036 622 036 7 922 248 € 7 922 248 €
Inhibiteurs agrégation plaquettaire, inhibiteurs de la cyclo-oxygenase Inhibiteurs agr\1gation plaquettaire, inhibiteurs de la cyclo-oxygenase KARDEGIC 75MG PDR ORALE SACHET 30/153,45 KARDEGIC 75MG PDR ORALE SACHET 30/153,45 Sanofi-Aventis Sanofi-Aventis 13 042 351 13 042 351 24 189 132 € 24 189 132 €
Inhibiteurs de l'agrégation plaquettaire, associations Inhibiteurs de l'agr\1gation plaquettaire, associations DUOPLAVIN 75 MG/75 MG CPR 30 DUOPLAVIN 75 MG/75 MG CPR 30 Sanofi Sanofi 728 177 728 177 11 247 447 € 11 247 447 €
Inhibiteurs directs de la thrombine Inhibiteurs directs de la thrombine PRADAXA 110MG GELULE 60 PRADAXA 110MG GELULE 60 Boehringer Ingelheim Boehringer Ingelheim 332 198 332 198 18 963 352 € 18 963 352 €
Inhibiteurs directs du factor XA Inhibiteurs directs du factor XA XARELTO 20 MG CPR 28 XARELTO 20 MG CPR 28 Bayer Bayer 1 763 507 1 763 507 91 225 993€ 91 225 993€

Source(s) : https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/medicament/medic-am/medic-am-mensuel-2019.php

La télémédecine au service de la prise en charge plus rapide des AVC 

Le délai de prise en charge d’un AVC après l’apparition des troubles est d’environ 4h30 en moyenne en France. Or, entre le moment où l’AVC est détecté et le temps d’accès à un centre de soins dans certaines régions étendues, il peut parfois s’écouler plus de 4h30. Ainsi, la télémédecine vient au secours depuis quelques années des victimes d’AVC afin de réduire le temps entre l’apparition des symptômes et la prise en charge : c’est la télé-AVC.

La prise en charge est alors faite par l’urgentiste, guidé par un neurologue qui analyse les résultats à distance.

Le dispositif est mis en place à l’échelle régionale, et est déjà implanté notamment en Alsace, Normandie, Hauts de France, Nouvelle Aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté, Pays de la Loire, Bretagne, Réunion-Mayotte, ou Lorraine (Grand Est).

Les start-ups e-santé françaises spécialisées dans l’AVC

Infographie

  •  Dessintey

    Solution proposée Solution clinique créée pour la rééducation post AVC baptisée « Intensive Visual Simulation 3 » (IVS3) : basé sur le concept de la thérapie miroir, le dispositif, composé d’un logiciel, d’une caméra et d’un système d'écrans, remplace l’image du membre malade par une image de mouvement créée à partir du membre valide. Ce système permet de tromper le cerveau pour aider à reconstruire les circuits moteurs et sensoriels par le biais d’une stimulation de la plasticité cérébrale du patient.
    Création 2 017
    Site web
  •  Sim&Cure

    Solution proposée Suite logicielle « Sim&Size » : Sim&Cure est la première medtech autorisée à commercialiser un modèle de simulation des anévrismes permettant de fournir des informations pour mieux dimensionner les prothèses.
    Création 2 014
    Site web
  •  Sensome

    Solution proposée Câble connecté se plaçant dans le cerveau du patient afin de prévenir les AVC : combine impédance micrométrique et machine learning de façon à prédire les AVC en temps réel.
    Création 2 014
    Site web
  •  Witmonki

    Solution proposée Outils de diagnostic permettant de prédire le risque cardiovasculaire : montre connectée, borne d’auto-test et mini-enregistreur de poche du rythme cardiaque.
    Création 2 017
    Site web
  •  Bluelinea

    Solution proposée La société, spécialisée dans la télémédecine pour les seniors, participe depuis 2016 au programme Memento et au programme collaboratif européen STARR, dédiés, tous deux, à l’accompagnement, à domicile, des survivants d’un AVC afin de favoriser leur autonomie.
    Site web
  •  BYM

    Solution proposée Application mobile thérapeutique destinée à améliorer l’autonomie des patients suite à un AVC ou souffrant de la maladie de Parkinson : améliore les performances des mouvements grâce au biofeedback (ensemble de techniques principalement relatives à la bioélectricité pour la mesure de fonctions organiques qui repose sur la visualisation, avec des appareils électriques, des signaux physiologiques d’un sujet conscient de ces mesures)
    Création 2 014
    Site web
  •  Cardilive

    Solution proposée Dispositif NeuroCoach : permet d’enregistrer le signal cardiaque (électrocardiogramme, ECG) en haute définition afin de l’analyser finement et de définir l’état de risque d’AVC du patient.
    Création 2 018
    Site web

Source(s) : Veille H&TI

AVC : les acteurs clés

Infographie


Les études e-santé publiées sur l’AVC (depuis 2016)

Health & Tech établit une veille des études scientifiques clés dans le secteur de la e-santé. Depuis 2016, 3 travaux majeurs ont été repérées dans le domaine de l’AVC :

Infographie

  •  Des victimes d’AVC récupèrent des capacités motrices grâce à un exosquelette

    Principaux enseignements Un exosquelette souple a été conçu pour les victimes d’AVC par des chercheurs du Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering et des universités de Harvard et de Boston. Les résultats de leurs travaux font état d’une nette amélioration des capacités de marche de ces patients.
    Date de publication 26 juillet 2017
    Revue Science Translational Medicine
    Lien vers l'étude
  •  La téléthrombolyse, efficace et sûre pour la prise en charge des AVC

    Principaux enseignements 7 essais cliniques, dont deux randomisés, totalisant 1 863 patients ont constitué une méta-analyse, dans laquelle la thrombolyse fut largement effectuée dans la fenêtre de 3h. Le taux d’hémorragies intracérébrales symptomatiques était identique entre patients pris en charge aux urgences par thrombolyse guidée à distance et ceux thrombolysés en unité neurovasculaire. La mortalité et l’indépendance fonctionnelle à trois mois étaient également comparables.
    Date de publication 26 août 2016
    Revue Neurology
    Lien vers l'étude
  •  Technique innovante dans la détection des AVC et crise cardiaque

    Principaux enseignements Une nouvelle technique de détection des personnes à risque de faire une crise cardiaque ou un AVC, c’est ce qu’ont découvert des chercheurs de l’Institut de cardiologie de l’université d’Ottawa : ils ont observé que les cellules mourantes dans les agglomérats de plaque artérielle peuvent dégrader les artères. Ceci peut être mis à profit et utilisé comme marqueur de ces plaques risquant de se fissurer et entraîner ensuite des accidents cardiovasculaires graves. L’installation d’un radiotraceur pourrait permettre de détecter ces plaques grâce à l’imagerie.
    Date de publication 22 juillet 2016
    Revue Science Advances
    Lien vers l'étude

Source(s) : H&TI

Fin
loader mask
1