Début

Covid-19 / caméras thermiques : la Cnil appelle à la vigilance et demande un encadrement

Paris - Publié le vendredi 19 juin 2020 à 13 h 47 - n° 11158 « Une grande partie » des dispositifs utilisant des caméras dites « intelligentes » dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 pour « mesurer la température », « détecter la présence de masques » ou « s’assurer du respect de la distanciation sociale » « ne respectent pas le cadre légal applicable à la protection des données personnelles ». C’est ce qu’avance la CnilCommission Nationale de l’Informatique et des Libertés dans un communiqué daté du 17 juin 2020, appelant les acteurs à observer « une grande vigilance » en cette matière et à « ne pas multiplier » ni « pérenniser les instruments de surveillance » de ce type, avant l’introduction d’«  un encadrement textuel adéquat », qu’elle juge « requis ».

« Lorsqu’ils constituent des traitements automatisés de données personnelles et relèvent à ce titre du RGPDRGPDRèglement Général relatif à la Protection des Données », ces dispositifs « conduisent le plus souvent » :
• soit à traiter des données sensibles sans le consentement des intéressés (notamment la température) ;
• soit à écarter le droit d’opposition.

« Dans les deux cas[, ils] doivent alors faire l’objet d’un encadrement normatif spécifique[, qui] nécessitera en amont de s’interroger sur la proportionnalité du recours à de tels dispositifs et sur les garanties nécessaires », estime la Cnil.
© Pixabay
© Pixabay

Caméras thermiques : la mise en garde des professionnels

L’Association nationale de la vidéoprotectionAssociation nationale de la vidéoprotection (AN2V) a livré dans un communiqué daté du 8 mai 2020 les conclusions du groupe de travail qu’elle a constitué sur le « phénomène de masse  » que constitue le déploiement de dispositifs de caméras thermiques anti-Covid-19.

Les responsables de la filière émettent un « avis défavorable sauf exception précise  », évoquant des clients « déçus et mécontents » du fait notamment de la quantité importante de « faux positifs  ».

Les points d’attention émis sont les suivants :

  • la mise en place et le réglage de ces dispositifs sont complexes et nécessitent des capteurs de qualité ainsi qu’un réglage fin faute de quoi le risque est de fausser définitivement les résultats ;
  • l’investissement pour un système réellement performant reste substantiel ;
  • la durée d’utilisation à l’avenir peut être limitée au très court terme, si on ne considère pas un recyclage du dispositif sur d’autres usages ;
  • la fiabilité de l’indicateur « température » est très limitée dans le cadre du dépistage de personnes atteintes du virus Covid-19 ;
  • le respect des données personnelles est délicat à assurer, notamment le consentement préalable impliquant de ne pas mesurer les personnes qui ne le souhaitent pas ;
  • l’accès à des locaux à protéger n’est pas du ressort des gestionnaires de lieux recevant du public ou de leurs préposés agents de sécurité ;
  • une décision concernant un salarié présumé fiévreux relève exclusivement de la médecine du travail, et n’est pas applicable sur le terrain immédiatement ;
  • l’installation de ces dispositifs a une valeur psychologique et peut contribuer à rassurer les collaborateurs et visiteurs, mais qu’il n’y a pas intérêt à trop rassurer dès lors qu’une température normale à 37°C n’est pas du tout synonyme de « non-contaminant ».
Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés
Fiche n° 340, créée le 10/05/16 à 15:15 - MàJ le 17/10/19 à 14:23

Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés

■ Création en 1978
■ Présidée par Marie-Laure Denis
■ Accompagne les professionnels dans leur mise en conformité et aide les particuliers à maîtriser leurs données personnelles et exercer leurs droit
■ Analyse l’impact des innovations technologiques et des usages émergents sur la vie privée et les libertés
■ Travaille en étroite collaboration avec ses homologues européens et internationaux pour élaborer une régulation harmonisée


  • Catégorie : Acteurs publics



Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés
8, rue Vivienne
CS 30223
75083 Paris Cedex 02 - FRANCE
Téléphone : 01 53 73 22 22
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1